Petit glossaire du trail [notes ethnographiques]

Pour les néophytes et les observateurs extérieurs, le “monde du trail” peut parfois déconcerter d’un point de vue lexical. Nous avons donc jugé utile, pour commencer, de lister quelques mots de vocabulaire plus ou moins courants chez les pratiquants.

Ce glossaire est le fruit des premiers mois d’un travail de terrain dans les quatre massifs autour de Grenoble (Chartreuse, Oisans, Vercors et Belledonne), de participations à des courses, ainsi que de lectures diverses et variées.

Il manquera sans doute des termes (auquel cas, n’hésitez pas à commenter), mais le but est avant tout de montrer qu’il existe un vocabulaire et des images propres à la pratique.

Certains de ces termes peuvent revêtir une connotation locale ; certains peuvent être utilisés à travers d’autres domaines ou d’autres disciplines (en ski-alpinisme ou en ski de randonnée par exemple).

Sans entrer de manière poussée dans l’analyse et le détail, nous pouvons noter que la plupart des mots présentés illustrent une action. Ils sont le plus souvent employés à la forme active.

Ressort de cette première lecture quelques dominantes lexicales, avec le champ de “la mécanique”, de la topologie (assez logiquement) ou encore des termes proches de l’artisanat et des activités manuelles.

Sans forcément donner une symbolique à ces termes, nous pouvons dire qu’ils participent à la création et à l’entretien d’un imaginaire commun.

L’appropriation de ces mots constituent un premier apprentissage dans le parcours du traileur, qui les rencontrera lors d’entrainement, de ses lectures spécialisées, d’achat de matériel ou de participation à des courses.

La connaissance et l’utilisation de certains de ces termes pourront être analysés comme gages d’expériences dans la pratique, voire comme des éléments en faveur d’une appartenance au groupe dit des traileurs ; autrement dit à une forme de socialisation :

« Lorsqu’il sera devenu membre, c’est-à-dire
qu’il possédera la maîtrise du langage naturel du groupe »

Coulon Alain, L’Ecole de Chicago, Paris, PUF (Que sais-je?), 1992, 128 p.

 

Simon Lancelevé

Simon Lancelevé est doctorant contractuel au sein du laboratoire E3S de l'Université de Strasbourg (UR1342). Depuis 2019, il mène un travail de recherche en thèse sur la pratique du trail, de l'ultra trail et des nouveaux formats de course en trail, sous la direction de Gilles Vieille-Marchiset, co-encadré par Sandrine Knobé. Précédemment, il a soutenu un mémoire de master à l'IEP de Lyon sous la direction de Max Sanier, intitulé : "Représentation et enjeux de la pratique du trail en France en 2017".

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.