Enquête sur le rôle de l’assistant dans la pratique des sports d’endurance (avec F. Soulé-Bourneton)

Course équestre, automobile, pédestre : l’assistance est une des composantes caractéristiques des épreuves d’endurance. Avec F. Soulé-Bourneton, nous avons souhaité en savoir plus sur ces individus qui courent parfois le long des sentiers, vont jusqu’à parcourir autant , voire plus de distances que les coureurs eux-mêmes (en voiture) lors des compétitions.

Méthodologie :

Objectifs :

Comprendre et analyse l’assistance des coureurs lors de courses d’endurance et d’ultra endurance :

  • Composition du couple : Typologies ? Fonctionnement ? Rôle de chacun ? Négociation ?
  • Qu’est-ce qu’une bonne assistance pour chacun ? Comment l’organisation gère-t-elle cette assistance ?
Ravitaillement : cas d’une assistance collective, liée à la participation à la course payante
Dans cette étude nous nous concentrerons uniquement sur l’assistance “privée”, individuelle, non obligatoire

Présentation du panel :

– Le choix des épreuves :

Pour ce faire, nous avons choisi de nous rendre sur ces deux épreuves atypiques afin de profiter du format, par boucles, ayant l’avantage d’immobiliser l’assistance [SL4] , là où elle serait amenée à se déplacer sur une épreuve classique (pour une épreuve de course en montagne, par exemple, l’assistance effectuerait en moyenne le double de distance du coureur en voiture). Nous comptions sur le côté « captif » de l’événement pour nouer plus facilement du lien avec les suiveurs également, et les observer tout au long de l’épreuve.

– Quels coureurs ?

Le panel des assistants concernent aussi bien des coureurs débutants que des coureurs experts. Lors de la première phase d’analyse, nous avons procédé à une répartition du peloton en 4 groupes, du plus au moins performant, nommés « experts » / « confirmés » / « intermédiaires » / « débutants ». Pour effectuer ces catégories, nous nous sommes basés sur les performances réalisées lors de l’épreuve observée, indépendamment des résultats passés ; ce, compte-tenu du caractère atypique de l’épreuve (par exemple, un bon marathonien ou un bon ultra traileur ne serait pas forcément performant sur ce format). Il était également impossible et chronophage de nous baser sur des systèmes de cotes de performance préexistants, qui auraient exclus à tort des coureurs (cas des homonymes, par exemple, des « premiers dossards », etc.)

Le premier groupe, celui des « experts », a ainsi parcouru au moins ¼ de la distance du premier, et ainsi de suite.

Répartition selon l’expérience des coureurs
Répartition selon le format de prédilection du coureur

Ces coureurs, assistés ou non, ont près de 42 ans, en moyenne, pratiqueraient depuis un peu moins de dix ans une discipline de course à pied (9,62 ans), pour environ 5 courses par an (5,08). Ils s’entraineraient majoritairement seuls (69,03%) d’après les réponses à notre questionnaire en ligne d’après course (n= 155).

Lors de nos premières observations, nous avons remarqué que bon nombre des inscrits été venus sans assistance  personnelle, se reposant donc uniquement sur l’assistance offerte par l’organisation (qui a coutume de mettre à disposition un abris chaud, des ravitaillements solides et liquides, des chaises). C’est le cas de 61,29% des répondants à notre questionnaire. Ce quel que soit le sentiment d’appartenance à un groupe de pratique pédestre (« trail », « course sur route » : les résultats sont quasiment les mêmes).

Les coureurs préférant les courtes distance (>45 km) auraient, étrangement, davantage recours à l’assistance (51,52%) que les coureurs de formats longs (>70 km ; 38,24%) ou ultra longs (>150 km ; 37,78%).

Lorsque nous avons demandé aux coureurs : « Pourquoi n’avez-vous pas eu recours à une assistance personnelle ? », les réponses variaient, allant du format à la volonté personnelle, en passant par le manque d’expérience et l’indisponibilité des proches ce jour-là (voir ci-dessous).

38,71% des coureurs ayant participé à une course similaire avait une assistance. 42% des coureurs ayant fait de cette course un objectif était assisté.

Nuage de mots, justifiant l’absence d’assistance

Dans cette étude, nous nous concentrerons uniquement sur l’assistance personnelle et ses particularités.

Premiers résultats :

Portrait de l’assistance

– Sphère familiale et rôle prépondérant de la femme :

D’après les observations de terrain (observation participante) et les premières données récoltées à partir des questionnaires, en version papier (auprès des assistants) et en ligne (auprès des coureurs), il apparait que les couples « athlète/assistance » rencontrés sont majoritairement des « couples amoureux » : près de 57% affirmant accompagner la personne dont il partage la vie (devant les amis, à 28% ; les parents, à 15% et les enfants, à env. 10%). 9,68% des coureurs ayant abandonné ont ensuite assisté un autre concurrent.

Dans le détails, au sein des assistances, il apparait que les femmes accompagneraient plus souvent un conjoint (77,1%), que les hommes n’accompagneraient leur conjointe (19,23%). Ces derniers seraient davantage assistant pour un ami (46,15% contre 6,25%) ou un enfant (19,23% contre 6,25%). Dans les deux cas, les assistants se proposeraient davantage que les coureurs ne les réclameraient, de manière directe (55,4%, en moyenne, avec un faible écart [<8] entre les hommes et les femmes).

Cette assistance est à 69,44% réservée à un seul coureur. Dans les cas d’une assistance pour plusieurs athlètes, il s’agirait avant tout d’un ami ou d’un parent assisté en plus.

L’assistance apparait donc s’effectuer en grande partie au sein de la sphère familiale. Il est d’ailleurs assez fréquent de constater la présence d’enfants parmi les stands d’assistance (hors rôle d’assistant). En moyenne sur les deux épreuves : 1,41 enfants accompagnés l’assistance, contre 2 adultes (hors coureurs et assistance, afin d’assurer des rotations, par exemple).

Dans la grande majorité des cas, l’assistance est assurée par des femmes (64,86%), pour des athlètes masculins (à 86,36%), ce qui s’explique aussi par l’originalité du format de course, jugé très masculin, en termes d’ambiance notamment.

95% des assistantes accompagnent un coureur, quand 30% des assistants accompagnent une coureuse.

– L’expérience de l’assistance :

L’âge moyen des assistants est de 39 ans (38,97). Plus de 22% des assistances ont entre 35 et 40 ans (22,97%). Assez logiquement, comme pour les coureurs, les assistances âgées sont plus rares.

La durée moyenne de pratique de l’assistance établie, pour ce panel, est de plus de 5 ans (5,28, à l’automne 2021, voir répartition ci-dessous). En moyenne, les assistances se rendraient à 5,8 courses/an, sans forcément aller à toutes.

Expérience des assistants en années

– Quand assister : questions d’arbitrage

Ce choix s’effectuerait selon le format de l’épreuve avant tout, pour 48,98% des personnes interrogées, et selon les disponibilités, à 26,53%.

Plus la course est longue (ultra trail), plus l’assistance semble requise. Vient ensuite la proximité avec le domicile, à 16,33%.

La majorité des assistants affirment ne pas avoir eu à consentir à de « petits sacrifices » pour l’événement (54,05%). Ce sentiment est toutefois légèrement contrasté puisque 47,92% déclarent le contraire, contre 38,46% des hommes. Pour les hommes, ces « petits sacrifices » seraient en premier lieu professionnels (40%) et concerneraient ensuite leur propre activité de loisir (20%). Chez les femme, en revanche, les sacrifices s’effectueraient surtout au regard de l’activité des enfants (garde ou loisirs), puis viendraient -à égalité- leur sommeil (25%) et leur propre activité de loisirs. Elles seraient toutefois 31,91% à prendre un congé (contre 23,08% pour les hommes) afin d’assister à l’épreuve.

Bien évidemment, la nature de ces sacrifices varient selon l’âge (le travail était le principal sacrifice chez les 40-45 ans, par exemple, quand 40 et 55,56% des 30-35 et 35-40 soulignent la gestion des enfants).

Ce sentiment de sacrifices serait aussi plus important chez les individus en âge d’être actif que chez les autres.

Degré de sacrifice suivant l’âge

– « Goût » pour l’assistance :

Majoritairement, les assistances prendraient du plaisir à effectuer leurs missions et à suivre leur coureur.

Goût pour l’assistance selon les sexes

A l’instar des coureurs (voir papier en cours avec S. Knobé), le recrutement de l’assistance s’effectue principalement parmi les CSP dites « hautes » : 31% de cadres, à égalité avec les « professions intermédiaires », contre 8,11% de retraités ou de « sans emploi » (PCS 2003).

Plus intéressant, sans doute, ces assistants travaillent principalement dans des secteurs d’activité ayant un fort rapport à l’autre : 25% dans l’enseignement, 25[SL7] % dans la santé humaine et l’action sociale (nafr2-P 2008). Ces derniers se proposeraient davantage que certains autres corps de métier (voir graphique ci-dessous).

Nuage de mots à partir des professions représentées dans l’assistance
Engagement volontaire et type de professions exercées

– Rapport à la pratique pédestre :

Plus de la moitié des membres d’assistance n’a jamais pratiqué le trail ou la course d’endurance (52,70%). Seuls 24,32% pratiquent régulièrement une de ces deux activités. Dans le détail, les assistants courraient davantage (57,7%) que les assistantes (39,6%), et de manière plus régulière (42,3% contre 14,6%).

Les pratiquants réguliers se « proposeraient » aussi plus facilement en tant qu’assistants que les non-pratiquants (82,35% contre 50% de non pratiquants et 60% d’anciens pratiquants).

L’expérience de l’assistance 

Contrairement à l’assistance fournie par l’organisation (qui justifie en partie l’inscription, outre l’aspect compétitif), l’assistance personnelle individualise le suivi. L’assistance officielle sert alors de béquille, en cas d’absence ou de rotation de l’assistance, chez les coureurs concernés.

– Les missions et qualités de l’assistance personnelle :

« Au ravito, il s’assoit et je m’occupe de lui : sac à vider, à remplir, chaussures, chaussettes, pommade… Je me sens utile à la course et j’aime bien. Quelque part, on satisfait les besoins de base : alimentation/ hydratation/ vêtement pour le chaud ou le froid »

Véronique

Les missions de l’assistance personnelle semblent toutefois plus étoffées, et qualitatives, comme l’illustre le nuage de mots ci-dessous :

Nuage de mots, missions de l’assistance, par elle-même

Elle semble ainsi fournir davantage une aide psychologique aux coureurs, d’après les missions édictées par les personnes interrogées. Ce qui se retrouve également dans l’énonciation des qualités nécessaires pour fournir une  bonne assistance. D’après l’enquête, les disputes seraient d’ailleurs rares (seulement 10,61% se seraient disputés au cours d’un événement).

Nuage de mots, qualités de l’assistance, par elle-même

– Vers une domination coureur/assistance ; homme/femme ?

L’assistance peut durer le temps de l’épreuve ou moins. D’après les résultats, les femmes auraient tendance à rester davantage que les hommes sur la totalité de l’événement (68,75% contre 53,85%).

Les femmes recevraient aussi davantage de consignes (66,67%) que les hommes (50%), en position d’assistance. Les athlètes masculins en dispenseraient également davantage que les féminines (68,42% contre 31,58%). Pourtant, une partie d’entre elles (23,4%) affirment prendre plus facilement d’initiatives que les hommes (12%, voir ci-dessous).

D’après les résultats de l’enquête, ces consignes s’automatiseraient avec le degré d’expérience. Ainsi, les assistants les plus expérimentés dans la pratique en recevraient plus systématiquement que les novices, sauf exception.

Variation du degré de prise d’initiatives selon les sexes

Ces consignes peuvent être des notes écrites (to-do list, post it, par exemple) ou un point oral avant le départ.

– Assistance et performance :

Les instructions semblent varier selon le niveau de performance de l’athlète. Ainsi plus un athlète serait performant, plus il aurait tendance à faire passer des consignes à ses suiveurs (à 85,71% pour les experts ; 58,33% pour les avancés ; 52,94 % pour les intermédiaires et 55,56% pour les débutants). Le sentiment de prise d’initiatives des assistants d’athlètes de niveau « experts » serait aussi moins important que celui des autres groupes.

L’assistance et la réflexion autour de l’assistance semble donc être un élément facteur de la performance. Cette dernière connait d’ailleurs l’objectif de l’athlète et peut être chargée de le lui rappeler.

En témoigne le positionnement des stands d’assistance, dans l’exemple de la course n°1, qui révèle une stratégie payante pour les athlètes les plus performants (voir ci-dessous). L’assistance est d’ailleurs plus visible chez les coureurs ayant établi une stratégie de course (48,89%) que chez les autres coureurs (24,62%).

En surligné : les athlètes ayant été le plus loin dans l’épreuve n°1. La ligne de départ et d’arrivée se trouvant en bas, à gauche, matérialisée par la porte (deux traits noirs)

De même, l’assistance, sur ce type d’épreuve peut être assimilé à un lieu de représentation de soi, de mise en scène de chaque athlète (Goffman, 1956). Elle peut donc être utilisée comme un moyen pour déstabiliser l’adversaire , du moins pour afficher ses attentions. Ainsi, un stand bien approvisionné suggère que le coureur envisage de rester longtemps. L’aspect « professionnel » de l’assistance va dans le même sens et participe à la stratégie mise en place par le coureur (bluff, par exemple).

Cependant, les échanges entre assistances sont courants. Principalement, pour « passer le temps » (76,06%). Bien moindre, seuls 26,47% échangeraient pour progresser en tant qu’assistant, notamment pour les suiveurs de coureurs les moins performants (50% pour les assistants de « débutants », 29,41% pour les « intermédiaires », 27,27% pour les « confirmés » et 0% pour les « experts »).

De manière assez logique, les coureurs restés le moins longtemps en piste sont aussi ceux pour qui l’assistance aura été le plus présent en proportion de temps.

Chez les coureurs « experts », par exemple, nous avons pu observer un système de « rotations » de l’assistance, afin de tenir la durée de l’épreuve. Ces assistants avaient ainsi tendance à arriver plus tard, par exemple, ou à se relayer.

– Part de l’assistance dans la réussite du coureur :

Si l’assistance peut être vu comme un facteur de performance, quelle part joue-t-elle dans la réussite finale du projet ?

Globalement, les femmes auraient tendance à moins se sentir responsables que les hommes dans la réussite finale de leur coureur (voir graphique ci-dessous).

Implication dans la réussite de l’athlètes selon les sexes de l’assistance

Quelques points de conclusion : (articles en cours)

  • Souscription du couple à un projet individuel.
  • Très top/down : de l’athlète à l’assistance

Il nous faudra continuer à creuser ces points prochainement.


 [SL4]D’après la définition du CNRTL : l’assistance c’est aussi bien l'”action d’assister à quelque chose”, donc de voir, de regarder, d’être présent à… ; que l”action d’assister quelqu’un dans ses fonctions, sa tâche” ; “l’action d’aider, de secourir quelqu’un”.

Simon Lancelevé

Simon Lancelevé est doctorant contractuel au sein du laboratoire E3S de l'Université de Strasbourg (UR1342). Depuis 2019, il mène un travail de recherche en thèse sur la pratique du trail, de l'ultra trail et des nouveaux formats de course en trail, sous la direction de Gilles Vieille-Marchiset, co-encadré par Sandrine Knobé. Précédemment, il a soutenu un mémoire de master à l'IEP de Lyon sous la direction de Max Sanier, intitulé : "Représentation et enjeux de la pratique du trail en France en 2017".

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.