Epreuves circadiennes : analyse sociologique d’une pratique en plein essor [Congrès Ultra endurance et Conditions extrêmes, Caen]

Ces dernières années, l’offre des courses s’est considérablement étoffée, qu’il s’agisse du nombre d’épreuves ou du type de formats.

Color trail, sky trail, course par étapes, en patrouille : l’esthétique et l’effort se renouvellent peu à peu, et de nouvelles organisations apparaissent.

Le présent article reprend une communication orale réalisée en novembre 2021 lors du Congrès Ultra endurance et conditions extrêmes de Caen, en lien avec l’événement Trail Scientifique Clécy Normandie. D’où son style direct. Il expose quelques données empiriques de manière brute et a été présenté à la suite d’une revue de littérature détaillée (Plard, 2021). Ces données seront prochainement enrichies par un dialogue avec la littérature existante (article en cours d’écriture).

Au-delà de la performance, il apparait que les traileurs souhaitent vivre une expérience « unique », à la carte, et qu’ils cherchent, à travers l’effort, à tisser des liens avec le monde environnant.

La plupart des courses misent sur la beauté des sites parcourus pour rallier des coureurs. Mais d’autres, à l’inverse, conçoivent de nouvelles mécaniques de course, déplaçant ainsi l’objet de la découverte. Nous nommerons ces épreuves courses circadiennes, puisque la plupart dure une journée et se courent en boucle.

En guise de préambule, je dirai que ces courses ont de nombreux points communs, ce qui permet de les comparer :

  • Elles inversent les codes traditionnels du monde athlétique : « Le dernier sera le premier », « La question n’est pas de savoir si vous allez abandonner, mais quand… » ;
  • Elles se développent hors d’un cadre fédéral ;
  • Elles sont créées le plus souvent par d’anciens coureurs d’ultra ou par des coureurs d’ultra encore en activité. Ces organisateurs ont tous une certaine admiration pour la Barkley et la Big’s Backyard (course de 7 km également à faire en une heure), conçue par le même organisateur, dont ils reprennent certains codes, dans leur communication ;
  • Cette communication joue souvent avec les registres de l’épique et du merveilleux ;
  • Ces courses proposent de renouer avec un esprit originel du trail et de la course à pied, à savoir l’ambiance conviviale, l’esprit d’entraide, l’inconnu ;
  • Elles impliquent moins de logistique qu’une course classique et ont tendance à remplacer des épreuves existantes ;
  • Elles ont l’avantage d’attirer l’attention dans un calendrier déjà chargé ;
  • Elles connaissent une forte croissance : depuis 2019, l’organisation Le Dernier Homme debout-Andennes, par exemple, a opté pour un système de tirage au sort (« égalitaire ») : preuve de la demande en hausse de dossards (en 2018, les dossards s’étaient vendus en quelques minutes) ;
  • Toutes présentent des traits de « gamification » : il ne s’agit pas simplement de trail, mais d’un jeu, avec des règles et des univers propres à chacune. La probabilité de gagner tient lieu d’irrationnalité statistique ;
  • Elles ont tendance à créer des « championnats ».
Circuit mondial du réseau Backyard, en 2020, extrait du site de l’organisation.

A partir de ces éléments, plusieurs questions :

Problématique : Qui sont les participants de ces épreuves ? Sont-ce exactement les mêmes que les coureurs de courses de trail que nous nommerons « classiques » ? Quels liens avec la pratique plus traditionnelle du trail running et de l’ultra trail ?

Cela sous-entend une série d’autres questions, assez classiques en sociologie, puisqu’elles ont déjà pu être posées sur d’autres épreuves, parmi lesquelles :  Quels sont leurs parcours ? Quels sont leurs modalités de pratique, leur entrainement ? Que recherchent-ils ? Quelles sont leurs motivations.

Développement

Méthodologie :

Pour répondre à ces interrogations, nous avons opté pour différentes méthodes, mêlant des approches quantitatives et qualitatives. Nous avons ainsi emprunté aux techniques de l’ethnographie pour mener une enquête multisite (Marcus, 1995) sur 3 épreuves, en 2019, 2020 et 2021. Pour chacune nous nous sommes entretenus avec les organisateurs de manière formelle, en suivant une grille préétablie.

Lors des épreuves, nous avons effectué tantôt de l’observation simple, tantôt de la participation observante. En parallèle, dans le cadre de notre travail de thèse, nous avons suivi différents athlètes grenoblois (5), hommes et femmes, d’un niveau confirmé, dans leur préparation à l’une de ces courses, en 2020 et 2021. Nous avons également conduit une trentaine d’entretiens avec des coureurs proches de ce type de course.

Nous avons aussi échangé avec leurs proches.

Outre ces relevés in situ, nous avons noué des « partenariats » avec plusieurs organisateurs de course, afin qu’ils relaient un questionnaire en ligne, juste après l’épreuve.

Au total, nous avons ainsi recueilli 196 réponses, sur 5 épreuves, dont 161 complètes.

 Localisation%
de réponse
Nbre
répondants
Nbre
d’inscrits
Capacité
max
Course 1Picardie44,44204599
Course 2Morvan13,5939287330
Course 3Vendée38,75105271320
Course 4Vaud80243030
Course 5Chartreuse61,5381313
   196645792
Répartition des réponses à notre enquête quantitative

Ce nombre de réponses peut paraitre faible, mais il s’agit encore d’un travail en cours [article plus complet en réalisation depuis].

De plus, il convient de considérer le nombre réduit de places sur ces épreuves, qui ne dépassent jamais les 300 coureurs.

A cela se sont aussi ajoutés le COVID-19 et les annulations de course, qui ont réduit nos ambitions initiales et nous ont obligé à nous éloigner de 2 autres épreuves.

Afin de mieux cerner les éventuelles spécificités de ces pratiquants, nous avons procédé à une comparaison, en relayant quasiment le même questionnaire auprès d’un public plus large, que nous pourrons nommer « traileurs classiques ». Nous avons ainsi noué d’autres partenariats auprès d’un calendrier en ligne et de 3 épreuves autour de Grenoble, pour un total de 1.220 réponses. Ce qui conduit à une présentation en creux du peloton.

Bien évidemment, l’idée de cette comparaison n’est pas de dissocier les coureurs qui ont rempli le questionnaire par l’intermédiaire de courses atypiques de ceux ayant rempli le questionnaire à partir d’une course jugée plus classique. La participation à ces deux types d’évènements n’étant pas incompatibles, bien contraire. Certains coureurs auraient pu répondre à ce questionnaire via les deux modes de passation. Le but de cette « comparaison » était davantage de voir quelle place les coureurs des courses dites atypiques occupaient au sein d’un peloton plus large de traileurs et de coureurs. Elle devait aussi permettre, selon une approche presque culturaliste, de comprendre d’où vient ce goût pour des « courses différentes » (qui ne donnent pas toujours de points ITRA, anciennement qualificatifs pour l’UTMB, par exemple, et qui sont donc en marge du circuit traditionnel). Soit en résumé, de faire une sociographie, à la manière de Tönnies, de ce type de coureurs, pour en voir les éventuelles spécificités.

Avec ça, notre ambition était de déconstruire certaines images associées à la pratique de courses perçues comme « extrêmes » ou jugées « difficiles ».

Les résultats

A partir de ce protocole, nous sommes parvenus à quelques premiers résultats.

1) Une notion d’extrême, à relativiser :

Tout d’abord, nous avons pu remarquer que ces les formats de course circadiens, qui ont tendance, dans leur communication à exacerber la difficulté (ne serait-ce que dans leur appellation), ne sont pas toujours plus difficiles, sur le papier, qu’une course de trail classique, si l’on s’attache au kilométrage et au dénivelé.

Le cas de la Chartreuse (voir ci-dessous) doit ici être traité à part puisqu’il s’agissait d’une finale mondiale, avec les meilleurs athlètes sur le format. A titre de comparaison, pour l’édition grand public de 2019, la moyenne kilométrique de l’épreuve était de 97 km, avec 2 coureurs étant allé au-delà des 260 km.

Au cours de notre travail, nous nous sommes aperçus que l’UTMB pouvait faire office de norme culturelle, en trail. Aussi, si nous nous référons à son ratio km/D+, nous nous apercevons que certaines courses du panel se situent en dessous[1].

Répartition des épreuves selon le niveau de difficulté D+/kilomètre

En revanche, la difficulté de ces courses semble davantage résider dans le rythme, qui reste le même sur toute la longueur.

Barrière horaire km-effort selon les épreuves

2) Le profil de coureurs :

Nous nous sommes ensuite intéressés au recrutement des coureurs, comme nous l’avons mentionné.

– Représentation selon les CSP :

Selon les résultats de notre enquête en ligne, nous nous sommes aperçus qu’en termes de CSP, si l’on s’en réfère aux catégories de l’INSEE, par exemple, les coureurs des courses dites circadiennes, ont un profil quasi similaire à ceux des trails plus traditionnels. A savoir que les classes dites supérieures sont surreprésentées (voir ci-dessous).

Au-delà de cette classification, la majorité déclarent exercer une profession « mentalement » éprouvante.

– Représentation selon les catégories d’âge :

En moyenne, les participants ont moins de 39 ans, tandis que les coureurs des trails des courses témoins, classiques, ont plus de 41 ans.

– Représentation selon le genre :

Quant au genre, les femmes seraient plus nombreuses en proportion, sur les trails jugés traditionnels, près de 19% des répondants, contre moins de 7% pour les trails de type circadiens. Cela s’expliquerait par la perception de l’épreuve, puisque 52% du panel jugerait ce type d’épreuve plutôt masculine, en termes d’ambiance. Un constat d’autant plus visible dans les réponses des participants masculins (53% contre 42% chez les femmes).

Synthèse des profils de coureur de ces courses

3) L’expérience dans la pratique :

Les coureurs des trails originaux seraient donc sensiblement du même âge. Ils auraient une expérience quasi similaire à celle des autres coureurs du peloton. En moyenne, ils courraient depuis un peu moins de six ans, contre un peu moins sept ans pour les coureurs d’épreuves plus classiques.

Les coureurs de courses originales seraient donc entrés dans la pratique quasiment au même moment que ceux des courses classiques.

Les habitudes de pratique au quotidien sont aussi sensiblement les mêmes.

Ainsi, les coureurs des deux groupes participeraient à 7-8 courses par an (hors pandémie) et s’entraineraient 3 à 4 fois par semaine, pour un volume mensuel moyen compris entre 22 et 23 heures. Par conséquent, l’impact jugé « négatif » sur d’autres sphères de la vie privée, comme le travail ou la famille, est proche pour les deux groupes, autour de 21%.

Les coureurs des deux groupes s’entraineraient majoritairement seuls, selon leur propre méthode (57% pour les trails originaux ; 58% pour les trails classiques). 87% s’entraineraient seuls, tout en ayant recours à une aide extérieure (magazine, coach).

Quand nous leur demandons quel est leur format de prédilection, les résultats sont aussi sensiblement les mêmes.

L’une des différences notoires est toutefois la pratique d’autres sports. Si la majorité des coureurs des deux groupes s’adonnent à une pratique portée, ils sont plus nombreux à le faire, pour les coureurs de trails classiques (85%) que pour les coureurs de courses circadiennes (69%).

Autre différence : la question du mode de vie. Lorsque nous demandons aux coureurs si la pratique de leur sport relève ou induit (d’) un mode de vie, les coureurs de trail classiques sont plus nombreux à répondre par l’affirmative (42%) que les coureurs d’épreuves circadiennes (30%).

Préférences des coureurs lors de leurs inscriptions

4) Les motivations :

Maintenant que nous en savons un peu plus sur ces coureurs, en termes d’habitudes et de recrutement, nous pouvons nous demander pourquoi ces derniers sont amenés à s’inscrire à ce type de course, au lieu d’une autre.

– La notion d’objectif :

Selon notre enquête, nous avons pu remarquer que les courses de ce type n’étaient pas un objectif pour plus de 55% des participants. Il s’agirait davantage d’une préparation ou un moyen de changer la routine d’entrainement. Surtout pour les coureurs pratiquant les trails longs, supérieurs à 70 km (65% « pas un objectif « pour les coureurs d’ultra [>150 km] ; 74% « pas un objectif » pour les coureurs pour les coureurs de long [>70 km]).

Ce qui justifie aussi le calendrier de ces épreuves, placées pour une bonne partie en hiver ou à la fin de l’automne.

Ainsi, seuls 22% des coureurs de ces courses affirmaient s’être donnés à « 99% » sur ces épreuves (57% à 75 ; près de 20% à 50% et moins).

– Recherche à l’inscription :

Il apparait que les coureurs de ces formats circadiens ont été attirés par la notion de défi et le côté innovant de l’épreuve. Nombreux y sont venus pour l’ambiance et partager un moment convivial, ce qui s’incarne par la présence plus importante de suiveurs (75% ne s’y sont pas rendus seuls, contre 51% pour les trails classiques, indépendamment des distances).

Motifs d’inscription aux épreuves

– Perceptions et sensations en course :

Les coureurs semblent donc chercher une rupture avec le quotidien lors de l’inscription. Ce en quoi, la promesse d’une course dure, interminable, répond totalement, à travers la communication des épreuves.

Lorsque nous interrogeons les coureurs des deux groupes sur les valeurs constitutives de leur pratique du trail, nous retrouvons une fois encore des similitudes. Avec notamment la notion de dépassement qui ressort en tête des deux groupes, celles de partage, de convivialité, de respect et de liberté également.

Les valeurs sont majoritairement les mêmes avec quelques variations. Par exemple, la recherche de la nature (de « connexion avec la nature ») est légèrement moins forte chez les coureurs de courses atypiques (83% contre 92%).

– La valorisation de l’effort :

En présentant mon enquête et en discutant lors de ma pré-enquête de thèse, bon nombre d’observateurs supposaient que la participation à ce type d’épreuves était guidée par une recherche de reconnaissance, au sens d’A. Honneth (1992).

En nous penchant sur cette question, il apparait que la valorisation n’est pas plus importante pour ces épreuves, même si cela reste élevé. 68% des coureurs de trails atypiques affirment que participer à ces épreuves est valorisant au quotidien, contre 85% pour les trails classiques. De manière surprenante, cette valorisation de l’effort serait plus notable encore pour les traileurs préférant les formats courts (87%) que pour ceux s’adonnant à l’effort plus long (75%).

Conclusion :

En conclusion, les coureurs de ces courses sont bien des coureurs de trail. Aussi les épreuves circadiennes peuvent être rattachées à la discipline facilement.

Ce sont les traileurs qui en parlent, les magazines de trail qui communiquent dessus, etc.

Même si les organisateurs semblent fournir des efforts pour se démarquer des codes dominants de la discipline.

Nous pouvons aussi noter que les inscrits à ces courses ne sont pas forcément différents du reste du peloton et que leur participation est surtout motivée par une envie d’inédit, de convivialité, souvent à proximité du domicile.

Ces courses restent avant tout une parenthèse dans la saison classique de trail et un moyen de se tester en vue d’objectifs futurs.

Pour ces raisons, le côté « difficile », « extrême », est à reconsidérer.

A travers ces quelques résultats, nous avons donc casser quelques prénotions, sur la difficulté, l’entrainement ou la recherche de reconnaissance.

A partir de nos observations, nous n’avons pas noté une dynamique qui justifierait la création d’un « circuit » à l’échelle nationale, en France. Cependant, nous avons pu remarquer la présence d’une poignée d’individus, qui ont tendance à se spécialiser sur ce type de course, avec en ligne de mire, le rêve de participer à l’épreuve américaine de la Big’s Backyard, voire de la Barkley. Il serait donc intéressant de voir si cette tendance se confirme ou non dans les prochaines années et quels seront les effets sur le long terme de l’apparition de ce genre de course.

Bibliographie sélective

  • Bessy, O. (2002). Le grand raid de La Réunion : À chacun son extrême et un emblème pour tous. Océan éd.
  • Bridel, W., Markula, P., & Denison, J. (2016). Endurance running: A socio-cultural examination.
  • Cubizolles, S., Baron, B., & Eric, L. (2017). S’engager dans les courses à pied d’endurance : Trente ans de travaux de sociologie du sport en France.
  • Gauthier, F. (2015). (Ré)créer le monde à Burning Man. Jeu, don et créativité rituelle. Revue du MAUSS, 46(2), 220. https://doi.org/10.3917/rdm.046.0220
  • Knobé, S. (2007). Éléments pour une analyse sociologique de l’entrée dans l’ultrafond. L’exemple du marathon des sables. Loisir et Société, 29, 401‑421.https://doi.org/10.1080/07053436.2006.10707725

[1] Les comparaisons ont été choisies selon nos lectures, mais aussi à partir d’un questionnaire en ligne (n=79) : « Qu’est-ce que l’extrême selon vous ? » (2019) où nous demandions aux coureurs de nous raconter leur expérience la plus difficile et la plus extrême vécue en course à pied.

[2] De la même façon, les catégories ont été établies à partir du questionnaire Qu’est-ce que l’extrême selon vous ?

Cette présentation a reçu le Prix du Jeune chercheur, remis par la Casden après délibération du comité scientifique composé de Grégoire MILLET – Université de Lausanne ; Benoit MAUVIEUX – Comete U1075 UMR INSERM – Université de Caen Normandie ; Stéphane BESNARD – CHU Caen – Université de Caen Normandie ; Francis DEGACHE – MotionLab, Suisse ; Mathilde PLARD – CNRS – ESO Angers – UMR 6590 Espace et Sociétés -Université d’Angers ; Jean-Charles VAUTHIER – Université de Lorraine – Département de Médecine de Nancy ; Joffrey DRIGNY – CHU Caen – Comete U1075 UMR INSERM – Université de Caen Normandie ; Amir HODZIC – CHU Caen – Comete U1075 UMR INSERM – Université de Caen Normandie ; Rémy HURDIEL – ULCO URePSSS Dunkerque ; Romain JOUFFROY – Médecin Anesthésiste Réanimateur à l’Hôpital Necker de Paris ; Mathias PESSIGLIONE – ICM Paris

Simon Lancelevé

Simon Lancelevé est doctorant contractuel au sein du laboratoire E3S de l'Université de Strasbourg (UR1342). Depuis 2019, il mène un travail de recherche en thèse sur la pratique du trail, de l'ultra trail et des nouveaux formats de course en trail, sous la direction de Gilles Vieille-Marchiset, co-encadré par Sandrine Knobé. Précédemment, il a soutenu un mémoire de master à l'IEP de Lyon sous la direction de Max Sanier, intitulé : "Représentation et enjeux de la pratique du trail en France en 2017".

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.