Présentation des courses de notre panel [notes ethnographiques]

L’ensemble des données a été collecté à partir des informations des sites officiels d’organisations (éléments de communication B to C, règlement, parcours en ligne, notamment), mais aussi à partir d’entretiens avec les représentants de courses ou avec des coureurs.

Ce document est amené à évoluer au cours de la retranscription desdits entretiens (en cours).

Panel des courses perçues comme des émanations de la Barkley Marathon :

  • Chartreuse Terminorum (édition n°4 : 29-30-31 mai et 1er juin 2020)
  • Chartreuse Backyard (édition n°1 : 25-27 octobre 2019)
  • Le dernier homme debout (Ardennes belges) (édition n°3 : 14-15 mars 2020)
  • Le dernier homme debout (Vendée) (édition n°1 : 18-19 janvier 2020)
  • Le dernier homme debout (Morvan) (édition n°1 : 25-26 janvier 2020)
  • Le dernier survivant (Suisse) (édition n°2 : 28 mars 2020)
  • Ultra tunnel (UK) (édition n°2 : mars 2020)
  • La solitaire des Templiers ou La solitaire du soleil et de la lune (dernière édition juillet 2019)
  • Extrême Pic’hard (édition n°2 : 29 février 2020)

1. Chartreuse Terminorum : « the French Barkley »

0 finisher, 0 point « UTMB », 300 km – 25.000m de D+ en 6 boucles ; logique ultra circassienne

Créée en 2017 par Benoit Laval, fondateur de la marque Raidlight, la course est une émanation de la Barkley Marathons : course américaine, créée par Lazarus Lake qui n’a connu que 15 finishers depuis 1986, et à laquelle Benoit Laval a participé à plusieurs reprises (meilleure performance : 2 boucles en en 2016 et 2017, d’après le site officiel de Benoit Laval).

Le nombre de participants est limité à quarante athlètes, sélectionnés par l’organisation après réception des dossiers de candidature. Chaque édition est appelée « an + n° d’édition ». Le camp de base, ligne de départ et d’arrivée se situent à Saint-Pierre-de-Chartreuse, sur l’espace de loisirs de La Diat. Lors de l’inscription, les participants doivent faire une offrande à l’organisateur (boisson, plaque minéralogique) et s’acquitter d’un droit d’entrée fixé à 3 euros, ce qui est bien loin des standards habituels des ultras (voir le mode de sélection « UTMB » et le prix moyen des courses, de 1 à 2,5 euros du kilomètre environ).

« Inscriptions : il suffit d’envoyer votre essai répondant à « Pourquoi devrais-je être retenu pour participer à la Chartreuse Terminorum ? » L’adresse de l’email pour envoyer votre essai sera visible sur le site internet le jour des candidatures, qui est le seul jour du calendrier qui comportait cinq fois le même chiffre lors de la 1ère édition. (Candidatures à transmettre par email seulement, dans une seule pièce jointe, imprimable, contenant : vos noms, prénoms, coordonnées mail-tel- adresse, et suite sur format libre…) »

Extrait de la home page du site dédié

Le but de l’épreuve est de réaliser les 5 boucles du parcours dans le temps imparti (16 heures par tour, « chronométré » par la fonte d’un énorme cierge), tout en respectant un ensemble de règles atypiques (par exemple : le dernier tour est à réaliser en sens contraire…). L’heure de départ n’est pas connue à l’inscription mais est signifiée aux coureurs une heure avant par un bruit de conque. Le départ est donné lorsque le cierge est allumé (pas de pistolet de départ) et peut être accompagné d’un décompte (de type 10… 9… 8…). Le parcours est quant à lui révélé la veille de la course, par le biais d’une carte IGN. La course est « balisée » avec des livres cachés auxquels les concurrents doivent arracher des pages correspondants à leur numéro de dossard. Un dossard étant remis à chaque participant pour chaque nouveau tour entamé. Selon la formule, chaque coureur qui abandonne s’entend dire qu’il a « lamentablement échoué ». Une trompette lui joue alors L’adieu aux morts.

« Comme une cathédrale qui se construit, chaque année, chaque coureur apporte à travers ses échecs et succès une pierre à la construction collective de l’édifice. Un des piliers de cette progression est de brasser à chaque édition une moitié d’anciens coureurs avec une moitié de nouveaux venus, pour transmettre et progresser à la fois (…) Ainsi se construisent l’édifice et la légende, avec patience et durée sur plusieurs années, partage et transmission de l’expérience collective chaque année, en chemin pour que bientôt un jour un premier atteigne les 5 tours de cette aventure autant individuelle que collective… »

Extrait du blog de Benoit Laval[2]

Durant toute la durée de l’épreuve, les montres et outils de mesure GPS (portable y compris) sont bannis. Une balise de localisation est remise aux participants pour assurer un minimum de sécurité. Sur la Terminorum, l’autosuffisance est de rigueur : sur le parcours il n’y a qu’un point d’eau signalé. Les coureurs ne reçoivent pas de briefing d’avant course sur le matériel obligatoire et doivent anticiper au maximum ce dont ils auront besoin.

De par son caractère « extrême », la Terminorum, comme la Barkley, est parfois décriée pour son aspect hors norme. Le terme « Terminorum » est d’ailleurs un clin d’œil tout trouvé à cette idée puisqu’il fait référence aux pierres du XIVe siècle délimitant le domaine de la Grande Chartreuse. Il signifie « limite » mais peut aussi vouloir dire « extrémité ». Pour rappel, l’ordre des Chartreux s’était établi dans ce massif car il était considéré comme étant le plus reculé au monde et difficilement accessible (d’où l’appellation de « désert », autre lieu mythique du trail et des courses extrêmes, à l’instar du fameux « Marathon des sables » ou de l’« ultramarathon Badwater »).

Malgré son faible nombre de participants, il est à noter un certain engouement de la part du public pour ces courses d’un autre genre. Ainsi, la Barkley compte 2,3 millions de résultats Google, 11.600 pour la Terminorum (à titre de comparaison, l’« UTMB » affiche environ 6 millions de réponses). Ce sans compter les nombreux live sur les réseaux sociaux lors des événements, et le traitement spécial de la part de médias classiques, comme Le Dauphiné Libéré, qui dépêche un journaliste durant tout l’événement. Il n’est d’ailleurs pas rare de lire des articles de presse nationale généraliste sur ces deux courses (exemple du magazine XXI[3], pour la Terminorum en 2018 ou encore des articles dans Libération[4] ou des reportages dans « Stade2 » sur France 2[5]).

Photo du départ, en 2017 (source : Le Dauphiné Libéré)

2. Chartreuse Backyard :

Boucle de 6,700km – 20D+/D- ; logique circassienne

La Chartreuse Backyard est inspirée de la course BackYard ultra, Last Standing Man (Ultra de jardin, « Dernier homme debout », nom repris en Belgique, voir descriptions suivantes), créée par Lazarus Lake. La première édition s’est déroulée à Saint-Laurent-du-Pont (vallée de Chartreuse) du 25 au 27 octobre 2019 et a été portée par l’association Chartreuse Sports Nature, présidée par Benoit Laval.

Le principe de ce format de courses est simple : les coureurs ont une heure pour parcourir 7 km (comme dans le livre Marche ou crève, de Stephen King ; format que l’on retrouve aussi dans les sélections militaires, telles que les forces spéciales de l’armée de l’air), sur une boucle plutôt plate, sur les bords de la rivière du Guiers en direction de Entre-Deux-Guiers. Si le participant rallie le point d’arriver avant la fin de l’heure, il peut se reposer et se restaurer. S’il échoue, il est éliminé. Est déclaré vainqueur le dernier coureur en piste, autrement dit : « le dernier homme debout » (41 heures en 2019 pour Maxime Gauduin). Ce format de course fait des émules en France et à l’international (plus de vingt courses recensées au sein du challenge « Back Yard Ultra », représentant 36 événements dans 23 pays, digne du World Tour, en 2019 ; sans oublier le circuit Infinity Trail, né récemment). Le vainqueur des courses filles homologuées reçoit un Golden Ticket pour la finale aux USA.

La course est limitée à 100 coureurs, pour un tarif d’inscription de 75€ (via la plate-forme MyOutdoorBox, plate-forme classique d’inscription en ligne).

Contrairement à la Terminorum, une assistance est prévue à chaque tour (mais non obligatoire). Chaque coureur bénéficie d’un espace pour s’installer à chaque « intertour »/ « interloopal » (voir le glossaire) et il peut bénéficier de toute l’assistance souhaitée. Des ravitaillements sont proposés par ailleurs par l’organisation, notamment des repas chauds.

Source organisateurs, le 10/10/2019

3. Courses reconnues sous l’appellation « Le dernier homme debout »

Le nom de cette course est la traduction littérale du « Last Standing Man », sous-titre de la BackYard, citée précédemment. Aussi, rien d’étonnant à ce que les règles soient très proches. En l’occurrence : une boucle sur un circuit en nature à répéter toutes les heures. Le « départ » pour repartir sur une nouvelle boucle est donné à horaire pile.

“RUN, EAT, DRINK, REPEAT”.

(Extrait du site Internet)

L’organisation mise généralement sur 350 coureurs au départ (limite fixée dans le règlement), pour un seul à l’arrivée. Le prix d’entrée varie de 30 € à 40 € (ravitaillements compris).

Autre différence : l’assistance comprend la présence d’un pacer, si besoin (au 7e tour). Enfin, contrairement à la BackYard, « Le dernier homme debout » est chronologiquement borné à 24 h : si après 23 heures (donc 23 tours) plusieurs coureurs sont encore en compétition sur le circuit, le vainqueur sera le premier à franchir la ligne.

En 2019, un « réseau » de trois courses est né. En témoigne l’évolution du site Internet (redirection de page www.trailprimavera.be vers www.ledernierhommedebout.run/) qui présente trois dates sur trois sites différents. Comme expliqué, le nom reste commun, à la manière d’une logique de marque. Cette multiplication d’événements peut être perçue comme le succès grandissant pour ce type d’épreuve.

A noter le traitement iconographique choisi, en tant qu’outil/vecteur de communication : photos en N/B, présentant la « douleur », la « détresse », le « dur » et la « difficulté » en premier lieu (contre un seul sourire/câlin).

Capture d’écran du site, 16/10/2019

* Andenne (Ardennes) :

Il s’agit du « Dernier homme debout » historique, qui se déroule lors d’un week-end trail appelé Trail de la Primavera, en Belgique (la date choisie concordant bien souvent avec celle du Printemps). Le parcours est une boucle de 7,3 kilomètres (avec 286D+) à parcourir en moins de 60 minutes (exceptée la première, en 1h10) : un dénivelé relativement important pour la distance, comparé à la Chartreuse. Le terrain semble gras et très boueux à première vue (avec des photos créant la confusion avec des épreuves types « Mud day »). Certains passages à travers bois sont câblés, comme en montagne, pour assurer la progression des participants.

A chaque tour effectué, les participants « sonnent la cloche » (comme à la Hard Rock 100 aux Etats-Unis, selon les organisateurs) pour indiquer leur présence, ce qui leur offre le droit de repartir pour une nouvelle boucle.

Autre point à noter, la course permet d’acquérir des points ITRA, anciennement qualificatifs pour l’UTMB (voir glossaire), ce qui la place dans la catégorie des trails homologués directement.

Barème des points ITRA en fonction du nombre de boucles réalisées, 2020

Depuis 2019, l’organisation a opté pour un système de tirage au sort (« égalitaire ») : preuve de la demande en hausse de dossards (en 2018, les dossards s’étaient vendus en moins de 3 minutes), sans doute (uniquement pour cet événement, peut-être que ce système sera étendu aux autres en cas de succès des premières éditions).

* Morvan :

Chaque boucle fait 7,2 km et 260D+.

Peu d’information pour l’heure puisqu’il n’y eu qu’une première édition.

A noter simplement que les organisateurs ont décrit le parcours, sur un ton plutôt caustique (ce qui n’était pas le cas pour Andenne, où il n’y avait pas de description).

“Du Morvan, il ne vient ni bons gens ni bons vents” disait Vauban, le plus connu des gens du pays. Terre rude et austère, bosselée à souhait, la montagne noire en janvier se couvre souvent d’un saupoudrage neigeux (merci le réchauffement …avant ce n’était pas du saupoudrage mais une bonne couche bien dense), de la brume le matin sur les monts ou dans les fonds de vallée, du froid souvent, de la fraîcheur toujours.

C’est pour toutes ces raisons que LDHD se posera en Morvan le we du 25 et du 26 janvier (enfin, le 26 ce sera seulement pour les plus méritants, les plus acharnés d’entre vous, pas nécessairement les plus rapides mais incontestablement les plus forts mentalement)

Bien sûr l’approche du gymnase où seront donnés les départs et auront lieu les arrivées, l’ambiance survoltée du point névralgique de l’organisation vous donnera du baume au cœur…Mais après ? On ne reviendra pas sur les probables conditions climatiques austères mais il faudra bien rajouter les conditions du terrain : une portion bitumée qui parait facile (mais attention au piège!) avant d’arriver dans les chemins détrempés, puis les monotraces sinueuses, piégeuses. Mais ce n’est rien à coté de la rampe en 3 paliers (15 %) qui vous attend au km 4. Un peu de récup dans un chemin à peine plus large mais avec de nombreuses racines traversantes, une belle monotrace toujours agréable au moins au début qui annonce le retour (enfin peut être) en périphérie de la petite ville de Chateau-Chinon, accrochée à son col sur les flancs du calvaire.

Extrait du site de l’organisation

Le champ lexical de la dureté est largement employé. Une impression de jeu labyrinthique (avec une ambiance digne du Loch Ness) apparait aussi, le tout relié à des « monuments » historiques (Vauban, Château-Chinon). Le tout semble rendre « le pays » (expression « les gens du pays ») dur, grâce à ce petit storytelling.

* Vendée :

Même constat que pour la course du Morvan, nous n’avons pas de données pour le moment concernant cette course.

En Vendée, chaque boucle fait 7 km 400 et 270D+, grâce à des petites bosses d’après la brève description.

Répartition des points ITRA, Vendée, 2020

4. « Le dernier survivant » (Neuchâtel, Suisse) :

D’une certaine façon, la course « Le dernier survivant » reprend une bonne partie des codes et de l’énoncé[6] du « Dernier homme debout » / « Last standing man » (où d’après l’appellation, il s’agirait forcément d’un homme alors que le record du monde féminin n’est qu’à un tour de celui masculin).

Les inscriptions ont lieu du 01/01/2020 à 0h00 au 15/01/2020 à 23h59, par formulaire. L’attribution des dossards est communiquée via Facebook uniquement (le 20/01/2020. Trente coureurs sont sélectionnés (seulement 28 en 2019)[7], d’après un mode tout à fait inédit :

4 dossards sont soumis à un challenge via Strava : entre le 1er et le 15 janvier 2020, le coureur et la coureuse la plus rapide et le coureur et la coureuse qui ont fait le plus de boucles sont sélectionné(e)s.

10 dossards reviennent aux meilleures cotes ITRA (7 hommes / 3 femmes)

3 dossards pour les premiers inscrits (autrement dit à minuit le jour de l’an)

8 dossards par tirage au sort (si non sélection dans ces critères)

5 dossards reviennent au choix de l’organisateur (pour les vainqueurs ; il est conseillé d’écrire à l’organisateur, Christophe Nonorgue)

Il est demandé aux participant(e)s de préciser pour quel type de dossards ils candidatent.

La sélection est donc basée à la fois sur des critères objectifs et subjectifs.

Le concept est « simple et cruel » (pour reprendre les mots des organisateurs eux-mêmes sur la home page du site) : 30 participants s’élancent « au lever du soleil » sur une boucle de 3.25km pour 386 D+ (avec des pentes à plus de 50%). Chaque boucle doit être effectuée en 30 minutes maximum. La montée et la descente doit s’effectuer à pied, ce qui la différencie d’une course comme Le défi de l’Olympe, à Méribel, ou l’Ultra-Montée du Salève par exemple. A chaque élimination, le participant doit épingler son dossard à un tableau avec son descriptif et sa photo associés.

« Voici cette fameuse boucle, qui semble bien inoffensive avec ses 3.25km et 386m de dénivellation positive, mais qui deviendra la cause de vos pires cauchemars, et qui finira par faire la fortune de votre psychiatre… »

Parcours de la boucle, posté sur Strava

Pour être considéré comme « finisher », un concurrent doit tenir jusqu’au coucher du soleil (soit environ 12 heures de jour, au mois de mars, ce qui équivaut à 78 km et 9264 m de D+, soit l’altitude de « l’Everest, en dénivellation positive », selon la présentation). En cas de départ groupé au bout de 11 h 30 d’effort, les concurrents devront se départager comme sur une course classique. Une hypothèse jugée « peu probable » par les organisateurs.

« La seule manière de connaître ses limites, c’est de s’y confronter »

« Le dernier sera le premier »

« La question n’est pas de savoir si vous allez abandonner, mais quand… »

« La course la plus impitoyable de la saison »

Extraits du site, sur la home page, en guise d’encouragements, 18/10/2019

Autre originalité, cette course accorde un money price : tous les ans, le potentiel vainqueur peut empocher une cagnotte, résultat de la cagnotte non pourvue de l’année précédente et de la dotation de l’édition actuelle (à savoir 300 Francs suisses + 300 autres pour l’édition 2020. A titre de comparaison, le vainqueur de la Réunion reçoit 1.000 € ). Aucun ravitaillement n’est par ailleurs prévu le temps de la course (mais cantine après) et le port des bâtons est réglementé, pour des conditions de sécurité.

En revanche, comme pour la course du Morvan, le storytelling est ici très important. Le logo en premier lieu (noir, rouge, blanc) est intéressant à analyser. Surtout, l’organisation a réalisé une petite vidéo où l’on retrouve les mêmes expressions visuelles (lien) que pour Le Dernier homme debout du Morvan. Ainsi, les expressions : « grosse masse nuageuse qui camoufle le sommet de la colline », « perdus en pleine forêt », « masqués par la forêt ». Forêt de Chaumont qui n’est « jamais apparue plus lugubre », entend-on en préambule. La vidéo fait aussi état de « 30 courageux », sur un « parcours sans ligne d’arrivée » sur lequel « le dernier survivant a lui aussi fini par déposer les armes ». Outre cet imaginaire guerrier et de désolation, on retrouve la présence de la brume, des feuilles mortes, de la boue, des pierres glissantes. On y voit même un homme à quatre pattes tentant de progresser dans la boue. A ce moment la voix off emploie l’expression : « paniquer un peu ».

« L’impossible défi ». Capture d’image de la vidéo de présentation de 2019

A noter que le texte de cette vidéo est aussi lisible (mis en ligne également) et que ce storytelling se retrouve sur toutes les pages du site (autre exemple ci-dessous).

Pour le plaisir de courir !

Courir dans une pente de 50% ? Marcher plié en deux avec la vue sur les mollets de celui qui vous précède, vous voulez dire !

Pour découvrir des paysages et profiter de la nature !

Sur une boucle de 3km ? On a connu mieux ! Dans notre cas, cela s’apparente plus au tapis de course, voire à la roue de votre hamster…

Pour profiter de douches chaudes et d’un bon repas à l’arrivée !

Pardon ? Vous vous croyez au BCN Tour ?

Pour la gloire !

À part si vous êtes vainqueur et finisher, qui s’intéressera à 30 marginaux venus faire quelques boucles à l’aube en pleine forêt ? La presse ? Faut pas rêver… Votre famille ? À leur réveil, il y a 9 chances sur 10 que vous soyez déjà éliminé… Vos amis sur Facebook ou vos followers sur Instagram ? Arrêtons-là, ça devient pathétique !

Non vraiment, on ne voit pas pourquoi vous vous inscririez à cette course…

Extrait de « POURQUOI S’INSCRIRE ? », sur le site de l’organisation

Une autre vidéo (résumé de la première édition) fait référence indirectement à l’Ecosse (avec une cornemuse, présente le jour J, à l’insu de l’organisateur, d’après l’entretien réalisé en décembre 2019), pays des légendes. La musique d’accompagnement est celle du film Le dernier des Mohicans.

Toutefois, la galerie photographique de l’édition précédente montre une réalité moins apocalyptique, avec des sourires :

Capture d’écran de la galerie « Portraits », édition 2019

5. Ultra tunnel (Bath, UK) :

Le plus de boucles possibles en un temps imparti

L’ultra tunnel est une course d’ultra-endurance qui se déroule à Bath, dans le Sud-Ouest de l’Angleterre. La ville est connue pour ses termes datant de l’époque romaine, pour son abbaye du Xe siècle et pour son architecture géorgienne.

Nous n’avons que très peu d’informations concernant cette course d’endurance. Il s’agit d’un format tout à fait particulier puisque les concurrents doivent parcourir un aller-retour dans un tunnel (appelé The Combe Down Tunnel), de manière continue durant 55 heures. Le but étant d’arriver à 300 miles dans le délai imparti. Les concurrents qui ne franchissent pas les 100 miles au bout de 27 heures 30 sont mis hors course.

Capture d’écran du site de l’organisation

Cette course est limitée à 30 coureurs, d’après le site de l’organisation, pour un droit d’entrée de 200£. Pour se préinscrire, il suffit d’envoyer un e-mail avec ses motivations à l’organisation (en y rappelant son CV de coureurs). Puis, l’organisateur, Mark Cockbain répond aux futurs concurrents en les invitant à remplir un Tunnel Entry Forms.

La communication autour de l’événement est totalement épurée (voir e-mail, site Internet) voire dépassée (pas de lien hypertexte pour renvoyer sur le site de l’organisateur, obligation de télécharger les fichiers). Ce qui n’empêche pas les médias de communiquer autour (exemple du reportage de M6 dans 66 minutes lors de la première édition en 2019).

La course n’autorise pas l’utilisation de téléphone portable, de bâtons, ou d’aide extérieure (quid du GPS dans le tunnel ?). L’organisation ne prévoit pas de zone de repos, et uniquement le strict minimum en termes de ravitaillement (soda et snacking). Les concurrents doivent donc prévoir leur propre ravitaillement, ainsi que du matériel de base, notamment une lampe torche (le tunnel étant coupé d’éclairage de 23 heures à 5 heures).

Le tunnel reste aussi ouvert à la circulation des piétons et des cyclistes, ce qui est à prendre en compte également dans la fatigue des coureurs.

Concernant Mark Cockbain, celui-ci organise d’autres courses tout aussi atypiques sous son label « the hard stuff ». Sur le site 1066.run, il est présenté comme un ultra runner chevronné. Par exemple, The hill ultra (160 miles), The viking way ultra (140 miles), Battle of Hastings (100 miles sur les traces de cette bataille) et The chained ultra (130 miles enchainé). A chaque fois, le nombre de participants semble limité, avec une assistance pouvant être minimaliste ou plus fournie. Le nombre de finishers est lui aussi plus faible que sur les autres courses (de 3% à 43% selon les courses). En présentation, Mark Cockbain annonce :

« I wanted to create some ‘extremely hard to achieve’ challenges here in the UK. Low key, tough, back to basics events designed for the ‘hardened’ experienced ultra runner, or those willing to push that bit further »

A travers cette brève présentation, nous retrouvons l’imaginaire du Moyen-Age ou des mythologies passées, comme sur les autres courses présentées jusqu’alors.

Après deux relances, Mark Cockbain n’a toujours pas répondu à nos mails. Il semble que celui-ci travaille de pair avec Richard Weremiuck (en attente de retour également).

En revanche, les pages et groupes sur Facebook sont très actives.

Présentation de Mark Cockbain sur le site de Battle of Hastings
Descriptif de la course sous forme de « tapisserie » sur le même site

6) La Solitaire des Templiers et/ou La Solitaire du soleil et de la lune :

Très peu d’informations concernant ces courses.

A première vue, les deux épreuves seraient liées, mais la première a disparu.

La course de La Solidaire de la lune et du soleil semble avoir été conçue comme une préparation dans l’optique de participer à celle des Templiers. En 2016, il y a eu d’autres courses de préparation d’ailleurs : celle de la Vallée de la Sèvre (35 participants), celle de l’Auvergne (25) et enfin, celle des Hautes-Alpes[8].

*Présentation de La Solitaire des Templiers :

Lors de la création (pour les 20 ans des Templiers), l’idée de Gilles Bertrand était de revenir aux origines du trail (voir interview de Thierry Breuil qui parle de « jeu sur le papier » qui peut finalement s’apparenter à « un enfer », 23 octobre 2015).

Cе ѕеrа un vrаі rеtоur аux ѕоurcеѕ du trаіl, un аuthеntіquе vоyаgе еn ѕоlіtаіrе à trаvеrѕ lеѕ Grаndѕ Cаuѕѕеѕ, ѕаnѕ аѕѕіѕtаncе, ѕаnѕ rеpère puіѕquе lе lіеu dе dépаrt еt l’іntégrаlіté du pаrcоurѕ ѕеrоnt іncоnnuѕ. Unе cоurѕе аu pluѕ prèѕ dе l’еѕprіt Trаіl’Orіgіn.

Sеulѕ 70 cоurеurѕ ѕеrоnt аdmіѕ à dіѕputеr cеttе éprеuvе prоpоѕаnt unе dіѕtаncе d’еnvіrоn 65 km еt 3000 m+, аu bаlіѕаgе mіnіmаlіѕtе mаіѕ ѕuffіѕаnt, nécеѕѕіtаnt unе cоnnеxіоn іntеnѕе еt pеrmаnеntе аvеc lе tеrrаіn. Dе lа nаvіgаtіоn, du pіlоtаgе (аttеntіоn ! cе n’еѕt pаѕ unе cоurѕе d’оrіеntаtіоn), dе l’аutоѕuffіѕаncе, dе l’аutоnоmіе, dе lа ѕоlіtudе pоur ѕеntіr еt vіvrе cе tеrrоіr. Du trаіl à l’étаt pur !

Extrait du site calendrier du sportif, novembre 2019

Lors de la première édition, le lieu de départ était divulgué par SMS la veille. Beaucoup de bons traileurs au départ (Thierry Breuil, Virginie Duterme) pour seulement quatre femmes (autant que sur la Terminorum 2019) sur un parcours décrit comme technique. A l’époque cette course semblait moins mise en avant. Lors de la remise des cartes, on y jouait Out of the week-end de Neil Young.

*Présentation de la Solitaire du soleil et de la Lune :

Aujourd’hui, la course des Templiers n’existe plus. Sur la page Facebook (pas de site internet), le nom de l’événement est Solitaire des Templiers, mais le logo celui de La Solitaire du soleil de la lune. 

Elle serait organisée depuis 2016 (année zéro) par Bruno Poirier, « chevalier du vent »[9] (a participé à l’édition 2016 dans les Causses, journaliste également). D’où la présence de drapeaux de prière tibétains sur certaines photos de l’organisation. Le nombre de places est limité à 30, pour un droit d’entrée entre 30 et 35 € en 2019.

Nous pouvons lire dans la rubrique « infos » :

Pour mémoire, ” La Solitaire des Templiers ” se fera en autonomie complète, sans assistance et sans connaître ni le lieu ni l’heure du départ. Seuls le jour du départ et l’endroit où se trouve la ligne d’arrivée sont connus (…) Une grande table est dressée à l’extérieur, sous les arbres. Autour de quelques verres de rosé, les discussions s’engagent. Emmanuel a de grands yeux rieurs au-dessus de sa barbe broussailleuse. Il a l’accent suisse, mais revient de Hong-Kong : il a quitté son travail, et prépare un périple asiatique en marchant. Christophe me fait penser à un indien. Il vient de la Réunion, et parle avec émotion du Grand Raid. Ses traits fins ne trahissent pas son âge : il a une cinquantaine d’années, en paraît vingt de moins. On parle de choses et d’autres, et si le trail n’est jamais bien loin, les conversations s’éloignent parfois des sentiers, comme nous le ferons le lendemain (…) En contrebas, une mer de nuages dense et grise s’étend à perte de vue, une vision qui convoque en un instant le fantôme de Caspar David Friedrich…

Extrait de la page Facebook, novembre 2019

La course de présente comme une Barkley « soft », « version light » (en 2016 : 4 itinéraires, 7 points de contrôle, 9 balises, 7 points d’eau). Là encore, les concurrents doivent trouver des ouvrages cachés dans la nature (2 uniquement). Nous retrouvons d’ailleurs une carte de Frozen Head (lieu mythique de la Barkley) sur la page FB de l’événement. Les codes de présentation de la course sont plus ou moins similaires à ceux de La Solitaire des Templiers.

Jeudi soir, annonce est faite du lieu de départ, qui semble directement issu de l’imagination d’un scénariste de série B : le rendez-vous est donné au cimetière de Montmaur, à 4h du matin, le Samedi.

Extrait du blog Les plus hauts chemins, article de juillet 2016

Là encore, les références au Moyen-Age, même de manière détournée, sont présentes. De même que les références au Seigneur des Anneaux.

Capture d’écran d’un post sur Facebook

7) L’Extrême Pic’Hard :

Course créée en 2018, qui propose de revenir « aux origines du trail », d’après son site Internet, organisée par Rolls Events, autour de Crépy-en-Valois.

Le nombre de coureurs est limité à 99, et tous sont sélectionnés par l’organisateur, après envoi d’une lettre de motivation, comme sur la Barkley ou sur la Terminorum.

Une liste des coureurs sélectionnés est mise à jour, via Facebook, chaque lundi.

Lors de l’inscription les coureurs ont le choix entre vouloir faire une, deux ou trois boucles en autonomie (pour 25 km par boucles, en duo ou en solo, pour un prix d’entrée allant de Tarifs de 20 à 45 €, en solo). L’assistance personnelle est toutefois autorisée pour les coureurs souhaitant couvrir deux ou trois boucles. Chaque boucle est balisée « au minimum » (50 mètres avant une intersection, 25 mètres pour confirmer le changement de direction, peut-on lire sur le site). Elle doit être terminée en moins de 3 heures et s’effectue en autonomie totale. A la fin d’une boucle, le temps restant est accordé aux coureurs pour se ressourcer, comme sur la BackYard. Il ne peut repartir qu’au bout de 3 heures. Le sens des boucles est inversé, un départ sur deux.

Comme sur la Barkley et la Terminorum, l’heure du départ n’est pas connue à l’avance.

En termes de communication, cette course est dite « off », dans le sens où elle n’est pas déclarée administrativement d’après l’organisateur.

Lors de la première édition, seuls 7 coureurs ont été déclarés finishers.

Commentaires des participants de la première édition visibles sur le site de l’épreuve, décembre 2019

8) Autres courses :

Il existe (et existera) probablement d’autres courses reprenant ces principes, comme le « défi des 5 boucles », par exemple (voir capture ci-dessous). Toutefois, les présenter en détail me parait chronophage et sans grand intérêt, puisqu’elles partagent toutes les mêmes modèles, parfois conjugués : la Barkley et la BackYard. Seule une énumération et un recensement de ces événements pourra donner du poids à l’analyse.

Capture d’écran du site Le Défi des 5 boucles, à Drouais, décembre 2019

Conclusion partielle :

Les courses ici présentées permettent de voir différentes traductions des événements de Lazarus Lake, en cours dans le monde francophone. Cette première étape devrait aider à choisir les terrains de recherche pour établir des comparaisons sensées.

Exemples d’autres épreuves référencées

A partir de ces premiers éléments et des échanges enregistrés avec les organisateurs, nous pouvons noter un certain nombre de points communs, parmi lesquels :

> Une implication fédérale quasi nulle ;

> L’organisation des épreuves est portée par d’anciens coureurs d’ultra ou par des coureurs d’ultra encore en activité. Ces organisateurs ont tous une certaine admiration pour Lazarus Lake et pour son travail, d’après les échanges enregistrés avec eux.

> Ces organisateurs bénéficient d’un pouvoir accru dans la sélection (très forte et très marquée) des concurrents. Nous pouvons même noter un certain côté « paternaliste » dans les échanges, qu’il faudra vérifier sur le terrain lors des événements.

> En parallèle, toutes ces courses proposent de renouer avec les origines de la discipline

>La communication est souvent épurée, et joue avec les ressorts de l’épique et du merveilleux, comme une invitation au récit.

> Ces courses nouvellement nées ont trouvé un certain écho (médiatique) dans un calendrier pourtant bien chargé (voir la fiche sur le nom des trails)

> Toutes présentent des traits de « gamification » : il ne s’agit pas simplement de trail, mais d’un jeu, avec des règles et des univers propres à chacune. La probabilité de gagner tient lieu d’irrationnalité statistique, basée sur le même principe que la théorie du biais du survivant (ce qu’il faudra traiter). A chaque fois, le local est scénarisé, de même qu’une certaine forme de masculinité, proche de figures mythologiques.

Ces premiers éléments, de pré-enquête, ont abouti, en partie à l’élaboration de certaines clés de lecture (voir note de janvier 2020).

Bien évidemment, certaines de ces caractéristiques sont visibles sur d’autres courses, mais rarement combinées de la sorte, et jamais de manière si exacerbée.

Capture d’écran d’un commentaire posté sur le réseau Facebook après la Sainté-Lyon 2019.

[1] Ce que l’on retrouve également dans la « Confrérie des Horizons », groupe « off » de trail, du Nord de la France.

[2] Article « Chartreuse Terminorum, une expérience collective », Benoit Laval, mis en ligne le 19/06/2019 https://www.benoitlaval.com/chartreuse-terminorum-de-leffet-de-lexperience-collective-sur-la-performance-individuelle/

[3] Article « Regarder les hommes tomber », Stéphan L’Hermitte, XXI, n°44, p.60-71, automne 2018.

[4] Article « Si je suis assez idiot pour me lancer dans cette course… », Didier Armand, mis en ligne le 23 mars
2018.

[5] Voir le documentaire : « Ultratrail : la Barkley, course la plus dure au monde », diffusé en avril 2015
(<https://www.youtube.com/watch?v=Mfh9LNK5IjU>).

[6] L’appellation dernier survivant est commune à d’autres courses, dans la presse, d’ailleurs : https://www.rtbf.be/sport/autres/detail_le-belge-karel-sabbe-dernier-survivant-de-la-course-la-plus-difficile-au-monde?id=10184998

[7] Article « Le dernier survivant: une course de folie », Arc info (Suisse) https://www.arcinfo.ch/articles/sports/autres-sports/le-dernier-survivant-une-course-de-folie-830656

[8] D’après le forum Raidlight : https://team.it.raidlight.com/threads/la-solitaire-au-pluriel.22057/

[9] Voir le site : https://www.leschevaliersduvent.fr/bruno-poirier

Simon Lancelevé

Simon Lancelevé est doctorant contractuel au sein du laboratoire E3S de l'Université de Strasbourg (UR1342). Depuis 2019, il mène un travail de recherche en thèse sur la pratique du trail, de l'ultra trail et des nouveaux formats de course en trail, sous la direction de Gilles Vieille-Marchiset, co-encadré par Sandrine Knobé. Précédemment, il a soutenu un mémoire de master à l'IEP de Lyon sous la direction de Max Sanier, intitulé : "Représentation et enjeux de la pratique du trail en France en 2017".

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.