« DID NOT FINISH »: PRÉSENTATION ET ANALYSE DE PRATIQUES ALTERNATIVES EN TRAIL. L’EXEMPLE DES COURSES DE CHARTREUSE.

Cet article reprend notre allocution lors du Congrès du REDESP 2021 [en ligne]. Il propose une présentation de quelques innovations en cours en trail running, en termes de formats.

Le trail est une pratique d’endurance pédestre, qui s’est développée dans un cadre hors fédéral à partir des pays occidentaux (environ deux tiers des épreuves, SportEco, n°17) comme une activité ludo-sportive de pleine nature.

D’après le « Baromètre national du trail » (2019), le but premier des organisateurs de trail serait de « faire parler d’un territoire/d’une destination », et d’« animer un temps festif local ».

Rapide mise en contexte

Dans l’imaginaire, le trail est une activité montagnarde. Toutefois, dans la pratique, c’est loin d’être le cas puisque des compétitions de trail sont organisées dans toutes les régions de France.

Il existe aussi différents formats de course, comme je vous l’ai mis dans la diapo (ci-dessous). Un peu comme pour les tailles de vêtements : du XS au XXL. Ce qui suppose donc des durées différentes de moins d’une heure à plusieurs jours.

Pour que le parcours soit considéré comme un parcours de trail, celui-ci doit se dérouler sur sentier principalement. Au-delà du revêtement, ce parcours doit présenter de la technicité et donc du dénivelé.

La norme que j’ai pu observer, via mes observations et le site de l’ITRA, indique +/- 500 D+ pour 10 km horizontaux (ci-dessous).

La question de la recherche de difficulté est très importante en trail : 57,5% des athlètes (questionnaire en ligne, n=448) affirmaient qu’il s’agissait d’un critère déterminant dans le choix de leur parcours, avant même la réputation de l’événement, le prix d’inscription ou la proximité, par exemple.

Pour autant, cette difficulté n’est pas synonyme de limites ou d’impossibilité, puisque, par exemple, 76% des coureurs de l’Ultra trail du Mont Blanc en 2017 ont été déclarés « finishers ». Ils seraient 96% en 2019 à avoir fini aussi le Marathon des sables, d’après les données de l’organisation.

A travers les premiers éléments de recherche, nous pouvons donc constater que le trail pouvait renvoyer à des valeurs et à des pratiques différentes selon les acteurs mais aussi selon les époques, et que sa réalité sociale réside dans cette diversité. Au fur et à mesure de son développement, le trail a pu connaitre des processus de massification (Buron, Bessy, 2019),  de rationalisation (Beal, Smith, 2010 in Cherrington, Black, Tiller, 2020 ; Weber, 1998) et d’institutionnalisation (Parlebas, 1986) en lien direct avec le modèle économique dominant. Dès lors, se dégagent des pratiques légitimes.

Chez les coureurs interrogés lors de questionnaires d’après courses, nous avons remarqué que la notion de dépassement était très marquée. Il s’agit de la seconde valeur fondamentale en trail, citée par les coureurs, derrière le rapport à la nature, et devant le respect. Toutefois, au moment de l’inscription, c’est la recherche de nouveauté, de découverte, qui est le premier motif de pratique.

Toutefois, du fait de la rationalisation et de la standardisation des événements, les épreuves sont soumises à une plus grande prévisibilité, à une perte de convivialité et à un phénomène de désenchantement progressif. D’où l’envie, pour certains, de renouveler les modes de pratique, à travers la création de nouveaux formats de courses.

Dans ce contexte, notre recherche se porte sur des pratiques en marge, qui résultent d’une forme de saturation de l’espace traditionnel. D’où la naissance d’un nouvel espace, qui promeut d’autres appellation et d’autres formes d’expériences. Surtout, qui appellent à d’autres valeurs, qui seraient attachées à des modalités antérieures, « hédonistes » (Corneloup, 2016), et qui revendiqueraient un retour à « un esprit trail originel ».

Le développement de nouveaux formats

La plupart de ces courses reprennent un certain nombre de points communs : la logique circadienne tout d’abord, des acteurs qui seraient des « petits porteurs ».

Depuis 2019, nous nous sommes donc plus particulièrement intéressés à deux courses qui se déroulent en Chartreuse : la Chartreuse BackYard et la Chartreuse Terminorum.

Je n’aborderai ici que le cas de la Terminorum.

La Chartreuse Terminorum est une course d’ultra endurance de trail, née en 2017 dans le massif de la Chartreuse.

La Chartreuse Terminorum est une traduction d’une course américaine appelée la Barkley marathons, connue du grand public comme étant la « course la plus dure au monde ».

La raison ? Contrairement aux autres courses, la Barkley ne compte que 15 « finishers » depuis sa création. Ce qui s’explique par le concept même de l’épreuve. Pour faire simple : la Barkley est une course en autonomie, née d’un défi. L’idée de cette course remonte à la fin des années 1970, et à l’évasion de l’assassin de Martin Luther King d’une prison du Tennessee. Après 60 heures de fuite, il est repris à 12 km à peine du point de départ. Deux coureurs émérites, futurs organisateurs de la Barkley estiment alors qu’il aurait été possible de faire au moins 100 miles dans cette foret dans ce laps de temps. D’où l’idée de la course.

Depuis 1986, quarante candidats sont donc choisis à partir d’un essai à rédiger et à un envoyer à une date secrète. Le prix d’entrée est de 1,60 dollar (1 cents du km), plus une offrande à l’organisateur. Le parcours est dévoilé la veille du départ puis reproduit par les concurrents sur des cartes à main levée. Tout système de guidage GPS (montre, téléphone) ou de communication classique sont bannis. Les concurrents doivent tenter d’accomplir cinq boucles de 20 miles (soit 32 km) et de 3.600 m de dénivelé positif théorique (D+) , en moins de douze heures chacune, sans balisage, juste en navigant à la carte. Pour chaque tour, les concurrents doivent retrouver des livres, dont le positionnement est indiqué par un roadbook de navigation, puis arracher à ces derniers la page correspondant à leur numéro de dossard.

Pour ces différentes raisons, la course fascine le grand public et les médias (L’Equipe, 2019). A bien des égards, la Barkley apparait même comme un événement de sous-culture.

La Chartreuse Terminorum reprend donc les grands principes et certaines règles de la Barkley (livres, élimination par tour, candidatures…), mais elle introduit aussi d’autres éléments dans la course, en lien avec son histoire et les particularités de son territoire. Ainsi, la prison est remplacée par la cellule silencieuse du moine chartroussin, le prix d’entrée est passé à 3 euros, car la distance à parcourir est de 300 kilomètres pour 25.000 mètres de dénivelé à effectuer en 80 heures.

Pour le moment, personne n’a jamais fini cette épreuve.

Au vue de ces premiers éléments évoqués, nous pouvons d’ores et déjà noté une certaine forme d’opposition aux pratiques dominantes.

Cette absence de vainqueur final est une vraie rupture par rapport aux courses d’endurance classiques, qui se sont développées, massifiées et parfois démocratisées, à partir de l’idéal « tous vainqueurs ».

Selon cette logique de finishers, la Terminorum serait donc à l’inverse une épreuve « tous perdants », où le statut de finisher aurait un sens supérieur. Où l’autonomie serait une condition première.

Certains coureurs confiaient ainsi rechercher des épreuves où finir se méritait vraiment, en opposition au système évoqué. D’autres regrettaient « l’assistanat » des courses classiques, selon la même logique. Derrière le statut de finisher dévoyé, la quête d’une reconnaissance sociale.

Les coureurs de la Chartreuse Terminroum ne sont pourtant pas des coureurs de haut niveau. Leur indice de performance est dans la moyenne supérieure, mais aucun n’est sponsorisé, et rares sont les coureurs à avoir gagné des courses.

Par contre, du fait du système de sélection évoqué, sous la forme d’un essai, les coureurs en s’engageant, savent qu’ils ont de grande chance de participer à une course où ils seront entre coureurs de « mêmes valeurs ».

La plupart ont ainsi pu participer aux mêmes épreuves au préalable, qui constituerait une sorte de parcours par étapes, de « voie royale », avant de prétendre à la Terminorum. Il s’agit souvent de courses monumentales, au même sens que le monument en cyclisme, de très longues distances, réputées difficiles. S’ils ont pu y participer, et y participent parfois encore, ces épreuves ont tendance à être assimilées à une routine, qui ne les inspire plus. D’où l’inscription dans une épreuve jugée marginale, pour certains, soit pour découvrir une autre facette de la discipline, soit pour se défier différemment, soit pour apprendre, maitriser de nouvelles règles et de nouvelles aptitudes.

Le caractère changeant de l’épreuve, qui varie invariablement d’une année sur l’autre, ainsi que la frustration semble être des moteurs pour revenir sur cette épreuve. De même que le caractère communautaire qui émerge au fil des participations. Ainsi, contrairement aux épreuves classiques où les athlètes s’affichent en compétition les uns contre les autres, pour un gain de place, en compétition contre eux-mêmes parfois, pour un gain de temps et établir une performance auto-référencée (Bessy, 2002), les coureurs de la Terminorum ont tendance à s’allier pour vaincre la course, de manière collective.

Pour toute ces raisons, la CT apparait comme une innovation sous certains aspects, et bouleverse les pratiques et les valeurs communes du trail, d’où mon intérêt pour la course.

Pour toute ces raisons, la CT apparait comme une innovation sous certains aspects, et bouleverse les pratiques et les valeurs communes du trail, d’où mon intérêt pour la course.

Bibliographie sélective :

Bessy, O. (2002). Le grand raid de La Réunion : À chacun son extrême et un emblème pour tous. Océan éd.
Bridel, W., Markula, P., & Denison, J. (2016). Endurance running: A socio-cultural examination.
Cubizolles, S., Baron, B., & Eric, L. (2017). S’engager dans les courses à pied d’endurance : Trente ans de travaux de sociologie du sport en France.
Gauthier, F. (2015). (Ré)créer le monde à Burning Man. Jeu, don et créativité rituelle. Revue du MAUSS, 46(2), 220. https://doi.org/10.3917/rdm.046.0220
Knobé, S. (2007). Éléments pour une analyse sociologique de l’entrée dans l’ultrafond. L’exemple du marathon des sables. Loisir et Société, 29, 401‑421.https://doi.org/10.1080/07053436.2006.10707725

Simon Lancelevé

Simon Lancelevé est doctorant contractuel au sein du laboratoire E3S de l'Université de Strasbourg (UR1342). Depuis 2019, il mène un travail de recherche en thèse sur la pratique du trail, de l'ultra trail et des nouveaux formats de course en trail, sous la direction de Gilles Vieille-Marchiset, co-encadré par Sandrine Knobé. Précédemment, il a soutenu un mémoire de master à l'IEP de Lyon sous la direction de Max Sanier, intitulé : "Représentation et enjeux de la pratique du trail en France en 2017".

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.