Course, l’ambition du nom

Depuis une vingtaine d’année, le nombre de trails n’a cessé de progresser partout à travers le monde (jusqu’à l’apparition de la COVID-19). Les raisons de ce développement sont multiples. Mais une rapide analyse des noms de trails en France permet déjà d’entrevoir quelques explications au sujet de cette dynamique.

Citer ce billet: Lancelevé Simon,Course, l’ambition du nom,dans « Pas plus de deux marathons par an », le 4 février 2021.Lien : https://trail.hypotheses.org/194.

Méthodologie

Pour cette étude, nous nous sommes appuyés sur le site du Guide des trails, qui propose (entre autres outils à destination des coureurs et des organisateurs) de référencer et de trier toutes les courses de trail selon les formats, les localisations, les dates, principalement en France et dans quelques pays étrangers.

capture d'écran du site du Guide des trails
Capture d’écran du site du Guide des trails.

Nous avons en parallèle échangé avec son créateur, afin de comprendre son fonctionnement, mais il aurait sans doute été possible de mener un travail du même type à partir d’autres calendriers en ligne, comme celui de l’ITRA ou de Be.trail, par exemple. Voire à partir des calendriers de la presse spécialisée (Nature Trail, Trails Endurance Mag), ce qui nous est toutefois apparu moins pratique, d’un point de vue de la collecte, du stockage et de l’analyse des données sur un support numérique.

Du fait de la pandémie, nous nous sommes focalisés uniquement sur la période allant de la création du site jusqu’à la fin de l’année 2019.

De la même façon, bien nous n’avons pas traité ici les motivations des coureurs, qui peuvent expliquer le développement également. Nous nous sommes finalement uniquement intéressé à “l’offre” de manière brute et quantitative.

Comprendre le Guide des trails

D’une manière générale, il y aurait eu 5.129 courses nature enregistrées en 2019 d’après le Guide (trails + courses à obstacles, type “mud races”).

Un chiffre qui s’approche de précédentes données d’enquêtes. Ainsi, Buron (2019) recensait 2.240 “événements trail” en 2016 et 4.312 courses. Quand la fédération française d’athlétisme, en 2018, comptait 3.668 épreuves de trail sur le territoire pour 6.748 courses hors stade (SportEco, n°17). 

Le chiffre avancé par le Guide des Trails se situe donc entre ces deux valeurs.  La différence entre elles s’explique en premier lieu par le développement de la pratique. En effet, comme le stipule le Baromètre du trail (2019),  deux tiers des épreuves n’existaient pas il y a dix ans donc l’essor des courses est très rapide et les écarts sur deux ou trois années restent relativement importants (environ 30% d’après le Baromètre). De plus cela dépend aussi de l’enregistrement des organisateurs au sein d’une base de données (pour le Guide des Trails ou l’enquête de Buron) ou alors d’une affiliation (cas de la FFA). Il est donc possible que certaines courses passent entre les mailles du filet, de manière inévitable.  

Pour aller plus en détails, selon le Guide des Trails, il y aurait eu 472 courses d’ultra trail (supérieures à la distance marathon) en France entre le 07/03/2015 et le 05/11/2019. Dont 120 en 2019 (les courses sont enregistrées à chaque nouvelle édition, d’où des récurrences). Ce qui prouve, une fois de plus, que l’ultra peut être perçu comme l’arbre qui cache la forêt, d’un point de vue médiatique, mais qu’il est loin d’être représentatif de la pratique au sens large.

Nombre de courses de trail
La croissance du nombre de courses recensées illustre parfaitement la phase de lancement du site puis semble décrire un comportement asymptotique autour de 5.000

A partir de ces courses, nous avons essayé de définir un nombre d’événements (ex : le trail des Roumilles compte 5 occurrences en page 1 dans le moteur de recherche, soit 5 courses pour 1 événement).

Après un tri simple (sont exclues les courses sans dénivelé positif, les courses sur route, les courses de cani-cross, les courses à obstacles, les swimrun, les foulées vertes), nous avons cette fois identifié 1521 événements en France, en 2019, enregistrés par le Guide.

Pour un rayonnement local 

A partir de ce décompte, nous avons ensuite à nouveau trier les événements, selon les termes les plus présents dans les intitulés enregistrés.

Il s’agissait ici de voir les champs lexicaux les plus utilisés.

La plupart des termes présents dans les noms des événements semble mettre en avant une identité locale. Toutefois, cette identité peut être déclinée de différentes manières. Par exemple, en Chartreuse, où il existe de nombreuses courses, l’identité chartroussine peut apparaître sous le registre animalier (ex : trail du Grand-Duc, le hibou grand-duc étant le symbole du PNR), sous le registre religieux et historique (ex :  trail des 3 couvents, en référence à l’ordre des pères Chartreux établis dans le massif), ou sous le registre purement topographique (ex : trail de la Dent de Crolles, l’un des sommets qui surplombe Grenoble), etc.

Bien sûr, les termes peuvent être choisis pour se démarquer de la concurrence, mais cela n’est pas toujours le cas ( par exemple, de nombreux trails en Auvergne reprennent la symbolique du volcan dans leur appellation).

Cette première analyse permet de noter une volonté de promotion du patrimoine local et du terroir, à l’échelle régionale principalement. Près de trois quarts des organisateurs déclaraient d’ailleurs au Baromètre du Trail (2019) avoir créé leurs événements dans le but de “faire parler d’un territoire/d’une destination”.  Une volonté qui s’exprime aussi à travers des actions moins ponctuelles, comme l’implantation de Stations de trail, par exemple.

Ainsi, en une simple analyse des noms de course, il est possible de relier le développement des courses de trail au développement d’un tourisme sportif local, encouragé par une diversification des pratiques (Perrin-Malterre, 2016, in Buron, 2020) , notamment dans les zones de moyenne montagne, comme nous l’avons vu en Chartreuse (la Chartreuse étant notre terrain de recherche privilégié, pour rappel).

Au-delà de cet aspect, les noms sont représentatifs de certaines valeurs portées par les organisateurs et projetées sur le territoire et la discipline, même de manière inconsciente.

Ainsi, en s’appuyant sur le symbole du parc de Chartreuse, le Grand-Duc évoque un attachement à la nature et à la destination (il est d’ailleurs organisé par Chartreuse tourisme). Dans l’événement Raidlight Chartreuse Trail Festival, c’est davantage la marque de trail qui est mise en avant, via le naming, même si l’éco-responsabilité y est très présente également, de même que l’attachement au massif, évoqué aussi.

Ce choix symbolique pourra être interrogé, notamment dans la construction de récits par les organisateurs et entre coureurs.

A partir des ces premières observations, nous avons ensuite classé les événements de trail selon 16 catégories :

  • Une catégorie « terroir » : pour les trails reprenant le nom de la localité, le non d’un lieu-dit (un sommet, une rivière, un parc), le gentilé ou des termes en patois local : autrement dit : le “trail de quelque part” ;
  • Une catégorie « royauté/chevalerie » : pour les trails reprenant l’histoire médiévale du lieu de course, ou juste un imaginaire. Parmi les mots reconnus : rois, châteaux, tour, remparts, vidames, ducs (hors hiboux), pastourelle, châtelaine, notamment ;
  • Une catégorie « militaire » :  lorsque le nom de l’événement prend une connotation militaire, du fait de l’histoire bien souvent. Il s’agit souvent des conflits mondiaux, avec des courses de la résistance, mais aussi des courses traversant des forts (ex : trail du Vieil Armand, trail du Saint-Blaise, trail du Restefond) ou faisant appel à la figure de la police (les gabelous, les gendarmes) ;
  • Une catégorie « féminine » : quand le nom de l’événement reprend des termes tels que « lady », par exemple ;
  • Une catégorie « snow » : pour les trails d’hiver (les trails dits « givrés », « blancs ») ;
  • Une catégorie « paysages » : contrairement à la catégorie « terroir », cette catégorie ne précise pas le lieu. C’est comme une carte postale que l’on pourrait trouver un peu partout. Par exemple, le trail des étangs, de la colline, du maquis, de la garenne, des reculées ;
  • Une catégorie animalière : à l’instar du trail du Grand-Duc. Il s’agit le plus souvent d’animaux sauvages : sangliers, marcassins, loup, daims, lièvres ; ou vivant dans des zones marécageuses : salamandres, cabillats, grenouilles. Mais aussi de trail renvoyant à un vocabulaire animalier (ex : terrier, galopée) ;
  • Une catégorie « végétaux » : de la même façon que pour la catégorie « paysages » : ces trails mettent l’accent sur une spécificité locale commune à d’autres sites, par exemple le trail de la châtaigne, du buis, des truffes, des charmes, des pélous. Ces trails sont très liés à la saisonnalité ;
  • Une catégorie « religieux » : nous avons ici rangé les événements se rapportant soit à une institution religieuse matérielle (les trails des abbayes, comme Fontfroide), à une célébration (l’Angélus, par exemple), à un ordre religieux (les Bogomiles) ou reprenant l’imaginaire religieux (évocation du diable, des nonnes notamment). Si une région ou une localité tire son nom d’un ordre religieux, et est repris par un événement (ex : Raidlight Chartreuse Trail Festival), elle n’entre pas dans cette catégorie mais bien dans la catégorie « terroir » ;
  • Une catégorie « calendrier » : lorsque l’événement est lié à une date du calendrier (trail d’Halloween, de la Saint-Valentin…) ou à une fête locale cyclique (fête des hortillonnages, par exemple) ;
  • Une catégorie « solidaire » : pour les événements ayant une visée caritative, comme les trails contre la mucoviscidose, organisés à l’occasion du Téléthon, par exemple ;
  • Une catégorie « amitié » : pour les événements mettant en avant ce type de lien ;
  • Une catégorie « patrimoine vivant » : lorsque les événements font référence à un personnage historique ou à une activité historique qui a marqué l’histoire du lieu, par exemple Vauban, le terme « gueules noires », « glanum », forgerons, Napoléon aussi, « dur à cuir » (pour Château Renault où se situe le musée du cuir), Stevenson ou Mère Denis ;
  • Une catégorie « mythologique » : c’est le cas des événements reprenant des termes inspirés de la mythologie grecque et latine (labyrinthe, Vulcain), bien évidemment, mais aussi d’autres mythologies, comme la mythologie celtes ou nordiques (vikings, eduens, druides). Les termes fantastiques et merveilleux également (météore, dahu, par exemple) ;
  • Une catégorie « urban » : pour les événements ayant lieu en milieu urbain ;
  • Une catégorie « inclassable » : pour les événements ne rentrant dans aucune autre catégorie. On y retrouve les termes « crapahute » par exemple, « maxi » (pour la Maxi race), ou encore « barjots », « raid ». Cette catégorie a été créée pour éviter la surinterprétation et limiter les contre-sens ;

L’ensemble des événements, en reprenant les différentes catégories, se répartissent comme suit :

Nous pouvons noter que la catégorie “Terroir” est de loin la plus représentée.

Bien évidemment, ces frontières sont parfois poreuses. Par exemple, le trail du Saint-Blaise reprend l’imaginaire et le passé militaire, même si le site est considéré comme un lieu-dit à présent, ou un sommet topographique. De la même façon, un dahu peut être à la fois vu comme un animal fantastique et un simple animal. Napoléon comme un chef militaire ou un simple homme d’Etat. Les fêtes du calendrier ayant donné leur nom à une course suivent avant tout une logique judéo-chrétienne.  Le nom des lieux-dits peut être le fruit d’un héritage historique ou religieux aussi, comme la Chartreuse, encore une fois. Mais dans tous les cas, il s’agit d’une identité ou d’une histoire locale à laquelle les organisateurs se rattachent. Cela ayant pour but d’attirer le coureur et de le plonger dans une expérience de découverte dépassant l’effort lui-même.

Noms des trails et “jeu de 7 familles”

Quelques exemples d’arbitrage 

Chaque course n’entre que dans une catégorie, bien qu’un cumul ait été possible, mais cela aurait rendu le décompte plus délicat.

Toutefois, ces cas de figure nous semblent être en marge et ne pas nuire à l’ensemble. D’autant que nous regroupons souvent les catégories litigieuses au sein d’une même famille pour faciliter l’analyse (voir les catégories dans le tableau ci-dessous), en prenant en compte les nuances (ex : le terme « fort » peut renvoyer à l’univers militaire ou chevaleresque mais dans l’analyse sera traité dans la famille « combattant » ; pour les trails viticoles, sous la catégorie « géographique »).

Bien que les cas soient rares, voici comment nous avons pu opérer en cas de “litiges” ou de doutes :

– Embusquade Trail, jeu de mots sur un événement de la ville de Busque, classée dans la catégorie « terroir », et non « inclassable », par exemple.

– Infernal trail des Vosges : classement du côté des Vosges, qui semble donner son caractère à la course (il existe potentiellement plus de trail « infernal » que de trail dit « des Vosges »).

– Trail du Petit Saint-Bernard : il s’agit là d’un col entre la Suisse et la France, mais cela montre qu’il peut exister des confusions, car sans recherches et sans être familier de la montagne, un observateur non avisé aurait pu la classer dans le registre « animalier ». Pour chaque cas de vocabulaire inconnu, nous avons fait des recherches pour classer au mieux (dans la catégorie « inclassable » en cas de démarches infructueuses).

Conclusions et pistes d’approfondissement : pour aller plus loin

Il est à noter que ce travail sur l’appellation des événements pourrait être fait également sur chaque course, ce qui serait très intéressant, bien que chronophage.

A titre d’indication, nous avons pu remarquer que si certains événements appartenaient à une catégorie, les noms des courses de cet événement aurait pu appartenir à une autre, surtout concernant les courses reprenant des informations purement géographiques.

Par exemple, le trail de Côte châtillonnaise appartient à la catégorie « terroir » puis à la famille « géographique », mais ses courses intitulées « Gargantua », « Barbe bleue » peuvent être reliées à la catégorie « folklore » ou nécessiter la création d’une catégorie « littérature », par exemple. Dans certains cas de figure, les courses d’un même événement peuvent appartenir à deux registres différents, comme pour le trail du pays d’Argonne, avec une course dite « Pied du cochon » et une autre « Pas des poilus » ; l’un appartenant au registre animalier, l’autre militaire.

Pour compléter cette première étude purement indicative, une étude des logos de chaque course pourrait aussi être très intéressante mais là aussi très chronophage.

Les résultats obtenus viendraient préciser notre première étude et/ou la nuancer.

Toutefois, pour l’heure, à travers cet article, il est déjà possible de voir que le trail, en France, a surtout été porté et entrainé dans une logique de promotion des territoires, un peu partout dans l’Hexagone. Les épreuves apparaissent donc comme des offres d’expériences, jouant chacune avec leur territoire pour en extraire un univers et un imaginaire, dans le but d’attirer dans un secteur très concurrentiel (du fait du développement rapide, nous l’avons vu). 

Cela se matérialise par des retombées économiques, avec des effets induits, qui dépassent bien souvent le cadre de l’organisation elle-même (en termes de nuitées, de frais de bouche par exemple). Pour preuve, d’après une enquête menée  (Sportbusiness, 2017), l’UTMB, en 2017 aurait généré près de huit millions d’euros de retombées dans la vallée de Chamonix

Citer ce billet: Lancelevé Simon,Course, l’ambition du nom,dans « Pas plus de deux marathons par an », le 4 février 2021.Lien : https://trail.hypotheses.org/194.

 

Bibliographie sélective :

Buron, G. (2020). Le trail : D’une pratique sportive auto-organisée à un outil de développement local. In D. Charrier & B. Lapeyronie (Éds.), Gouvernance du sport et management territorial : Une nécessaire co-construction. https://hal-univ-pau.archives-ouvertes.fr/hal-02549613

Emoha. (2019). Baromètre national des courses de trail. https://www.sportsdenature.gouv.fr/barometre-national-des-courses-de-trail-2020?utm_source=web&utm_medium=lettre&utm_campaign=lettre147

Lancelevé, S. (2017). La pratique du trail en France : Représentations et enjeux [Sports]. https://fr.slideshare.net/Simonlancelev/la-pratique-du-trail-en-france-reprsentations-et-enjeux

Massardier, V., & Vasquez, H. (2019). Les stratégies d’organisation des courses « hors stade » : Un enjeu clé pour le développement du running (No 17; Sports Eco, p. 17). Direction des Sports – Bureau de l’économie du sport.

Muller, L. (2018). Chapitre 1. Les facteurs de la pratique et des activités sportives. In H. Canneva (Éd.), La pratique des activités physiques et sportives en France : Enquête 2003 – Ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative Ministère de la Culture et de la Communication, Insee (p. 21‑43). INSEP-Éditions. http://books.openedition.org/insep/803

 

Simon Lancelevé

Simon Lancelevé est doctorant contractuel au sein du laboratoire E3S de l'Université de Strasbourg (UR1342). Depuis 2019, il mène un travail de recherche en thèse sur la pratique du trail, de l'ultra trail et des nouveaux formats de course en trail, sous la direction de Gilles Vieille-Marchiset, co-encadré par Sandrine Knobé. Précédemment, il a soutenu un mémoire de master à l'IEP de Lyon sous la direction de Max Sanier, intitulé : "Représentation et enjeux de la pratique du trail en France en 2017".

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.