Petit glossaire des courses de trail [notes ethnographiques]

Outre le vocabulaire spécifique, le trail regorge d’acronymes et d’abréviations, qu’il peut être utile de connaitre avant d’investir un terrain d’enquête.

Le but de cet article est donc de poser quelques bases pour mieux s’imprégner du terrain ensuite. 

Toutefois, derrière ces bribes de langage indigène (voir l’article « Petit Glossaire du Trail»), il est possible de voir quelques traits marquants de la discipline :

La domination des courses dans le modèle actuel, notamment des courses internationales similaires aux « monuments » en cyclisme sur route. 
D’un point de vue médiatique, les épreuves d’ultra (>80 km) aimantent toute l’attention, mais il existe une multitude de formats différents et certaines épreuves, de part leur statut historique, peuvent prétendre à une place tout aussi importante dans le calendrier et l’imaginaire.

Ces épreuves fonctionnent pour la plupart selon une logique de marque.  Ainsi, en 2020, 492 marques étaient déposées à l’INPI reprenant le vocable « trail running », trail attitude », « trail aventure » (classes n°9 [Appareils et instruments scientifiques], 16 [Produits de l’imprimerie] et 41 [Éducation ; formation ; divertissement ; activités sportives et culturelles]). Et la plupart étaient détenues par des organisateurs de courses d’après les notices.

Enfin, à travers cette brève liste, il est facile de noter une offre importante d’épreuves, la plupart regroupée autour de deux grands temps forts, à la fin du mois de juin et à la fin du mois d’août.

D’année en année, les calendriers apparaissent  de plus en plus chargé, avec de vrais effets d’embouteillage et de vrais parcours pour participer aux courses les plus convoitées et les plus prestigieuses. 

Face à ce phénomène, le trail, en tant que pratique compétitive, n’a eu de cesse de se segmenter, ouvrant la voie à de nouvelles modalités de participation, à de nouveaux formats, recourant pour beaucoup à l’utilisation de préfixes. D’où les urban trail, city trail, color trail, spartan trail, winter trail, sky trail.  En parallèle, les circuits de courses se sont aussi développés, portés soit par des marques (Salomon et ses « golden series ») ou par des fédérations.

De quoi égarer même les plus fidèles observateurs. A moins de suivre ce carnet et d’avoir lu nos différents glossaires !

Bien évidemment, cette liste n’est pas exhaustive. Elle reprend les principales courses évoquées depuis notre implication sur le terrain.

Noms, acronymes et abréviations utiles

Citer ce billet: Lancelevé Simon,Petit glossaire des courses de trail [notes ethnographiques],dans « Pas plus de deux marathons par an », le 19 janvier 2021.Lien : https://trail.hypotheses.org/142.

 

CCC (la) : (101 km, 6.400 D+) Courmayeur-Champex-Chamonix, course de la semaine UTMB, permettant aux coureurs d’emprunter une bonne partie du circuit de l’UTMB (voir ↓).

Challenge des « Cinq légendes » (le) : cité en entretien, en mars 2020 : il s’agit d’un challenge de cinq courses réputées très difficiles : la Spine Race, le Tor des Géants, la Yukon Arctic Race, la Transpyrénéa, la TransOmania (voir ↓).

Echappée Belle : ravitaillement de Val Pelouse en 2018

Echappée Belle (l’) : (149 km ; 11.000 D+) dit « Ultra de la traversée de Belledonne ». L’Echappée Belle est une course qui se déroule fin août depuis 2013, connue pour ses passages techniques et vertigineux. Elle se définit à la frontière du trail et du trek.

Eiger (l’) : (101 km ; 6.700 D+), course d’ultra suisse  au départ de Grindelwald, qui longe la face nord de l’Eiger. L’épreuve existe depuis 2013 et est connue pour la beauté de ses paysages, mais aussi pour son système de sélection.  L’Eiger est une des rares courses européennes à octroyer des points pour participer à la Western 100. Comme de nombreuses courses de ce glossaire, l’Eiger fait régulièrement partie de l’Ultra World Tour (voir ↓).

Fully : il s’agit du point de départ de l’un des KV les plus pentus au monde (1,9 km pour 1.000 D+, avec des passages à plus de 60%). Le parcours attire les plus grands spécialistes de l’effort vertical et fait partie d’un circuit international spécifique.

Golden Trail Series (les) : label de courses de formats « courts » sponsorisées par Salomon, au sein d’un circuit mondial, depuis 2018 (Zegama, Marathon du Mont Blanc, Dolomyths, Sierra-Zienal, Pikes Peak, Ring of Steal + 1 manche finale). L’un de ses objectifs est la promotion des athlètes professionnels et leur rencontre (pour éviter les stratégies d’évitement). Un price money existe pour le vainqueur, en tête après l’ultime finale, qui réunit uniquement les 10 meilleurs du circuit (du Team Salomon pour la plupart [8/10 en 2019]), masculins et féminins.

Il existe également un échelon national, appelé Golden Trail National Series, pour certains pays européens, dont la France, l’Espagne et l’Italie, notamment.

GRP (le) : (160 km, 10.000 D+, limité à 500 coureurs) : Grand Raid des Pyrénées. Il s’agit de l’un des ultra trails les plus connus du massif des Pyrénées (avec celui d’Andorre, peut-être : voir “Ronda dels Cims”), réputé pour sa difficulté. Hormis ce format ultra, il existe d’autres courses au cours de l’événement.

GRR, ou Diag’ [Grand Raid de la Réunion ou Diagonale des fous] (le/la) : (166 km, 9.611 D+), Ultra Trail se déroulant au mois d’octobre, dans lequel les coureurs traversent l’idée de la Réunion. Réputé pour sa technicité et son parcours exigeant.

Hard rock 100  (la):  (161 km ; 10.000 D+) Ultra-trail se déroulant au mois de juillet dans le Colorado depuis 1992. Il s’agit de l’une des courses américaines les plus connues et emblématiques, très sélectives en termes de nombre de participants (comme toutes les courses aux Etats-Unis traversant des parcs nationaux). Le respect des règles y est très important, comme en atteste l’élimination du champion Xavier Thévenard en 2018.

Hong Kong 100 :  (100 km , 4.500 D+) course la plus connue de Chine, créée en 2013, appartenant au World Tour (voir ↓).

Hurricana ou UTHC (l’) : pour Ultra Trail Hurricana du Canada (125 km ; 4.000 D+), comme son nom l’indique, l’épreuve se déroule au Canada en septembre.

Infernale des Causses (l’): (61 km, 3.000 D+, 600 participants) : l’une des courses phares du Festival des Templiers (premiers à avoir utilisé l’appellation « trail » en France, dont le parcours traverse les bastions des anciens « moines-soldats »), qui se déroule à l’automne, près de Millau. Il existe d’autres formats, dont deux ultras :  l’Endurance trail (106 km) et le Grand trail des Templiers.

Photo sur le parcours du Lavaredo ultra trail (2019)

Lavaredo (le) :  pour Ultra Trail Lavaredo (120 km, 5.800 D+), course se déroulant dans les Dolomites, et passant par les Tre Cime, à la fin du mois de juin. Fait partie du circuit World Tour.

MaXi Race (la) : label de courses qui se déroulent en France, en Chine, en Equateur, à Madère, en Italie et en Afrique du Sud (MaXi-Race World tour). L’épreuve originelle a lieu en France, au printemps, autour du lac d’Annecy. Sont proposés plusieurs formats dont deux ultras (MaXi Race [1500 coureurs] et Ultra race [1000 coureurs]). Le plus souvent, les participants parlent d’une de ces deux courses lorsqu’ils emploient le terme.

MDS : (240 km environ), pour Marathon Des Sables (le) : course en 6 étapes dans le désert marocain, qui se déroule chaque année en avril. Chaque coureur doit courir en autosuffisance alimentaire durant les épreuves. De par cette gestion (et avec la gestion hydrique) et compte-tenu de la chaleur, cette course est considérée comme l’une des plus dures au monde, bien que le taux de finishers soit plutôt élevé pour un format ultra (au-dessus de 90% généralement).

MIUT (le) : Madeira International Ultra Trail (115 km, 6850 D+), course d’ultra qui se déroule chaque année en avril, au Portugal, avec la traversée de l’ile.

OTT (l’) : Oisans Trail Tour, course proposant un format de 80 km environ, au mois de juillet, plébiscitée par les coureurs pour préparer une course XL ou XXL (selon la classification ITRA) en fin d’été. Le lieu de départ est soumis à une rotation entre les communes partenaires (Alpe d’Huez, Oz-en-Oisans, Vaujany, Villard-Reculas).

Pierra Menta [été] (la) : généralement, la Pierra Menta est connue comme étant le haut-lieu du ski-alpinisme, puisque les meilleurs spécialistes viennent s’affronter à Arêches Beaufort, lors de cette épreuve chaque année. Cependant, depuis quelques années, une épreuve estivale est organisée, sur les traces de l’épreuve hivernale. Comme en ski-alpinisme, le parcours est vertigineux. L’épreuve se déroule sur 3 jours et les concurrents doivent y participer en binôme.

Pikes Peak Marathon : Il s’agit de l’une des plus ancienne course de montagne, puisque la première édition a eu lieu en 1956. L’épreuve reprend la distance marathon mais s’effectue sur un terrain rocailleux, en altitude. Ainsi le départ est donné à 2380 m environ, pour une arrivée juchée à 4300 m. 

PTL (la) : (300 km, 25.000 D+), Petite Trotte à Léon, course d’ultra endurance pédestre, sans balisage, dans le massif du Mont-Blanc, organisée durant le rendez-vous UTMB (voir ↓). Il s’agit d’une course par équipe de 2 à 3 athlètes, reconnus pour leur capacité d’endurance et leur connaissance du milieu montagnard (dossier à remplir pour pouvoir participer). Créée pour renouer avec l’esprit de cordée et les valeurs du trail originelles, d’après Nature Trail (novembre 2019).

Ronda Dels Cims (la) : (170 km ; 13.500 D+) : il s’agit de l’un des trois ultras de l’événement Andorra Ultra Trail, avec L’Euforia (233 km ; 20.000 D+) et La Mitic (112 km ; 9.700 D+) : tous trois réputés pour leur dénivelé et leur technicité (voir capture d’écran ci-dessous). L’épreuve se déroule au mois de juillet.

Concurrents à l’arrivée de la Sainté-Lyon 2019, à Lyon

Sainté-Lyon  (la) : (plusieurs épreuves) ancienne randonnée pédestre de Saint-Etienne à Lyon. La Sainté-Lyon est décrite par les organisateurs comme l’une des plus vieilles épreuves de trail en France. Elle se déroule chaque année de nuit entre la fin novembre et le début décembre et propose différents formats de course depuis plusieurs années (Saintétique, Saintésprint, Saintexpress, SaintéLyon et l’aller-retour depuis 2019). Le kilométrage de l’ultra (autour de 80 km et 2.500 D+) évolue régulièrement. Compte-tenu de sa position  dans le calendrier l’épreuve, bien que roulante, est réputée difficile aux vues des conditions météorologiques. Elle est l’une des épreuves rassemblant le plus de coureurs en France. Du fait de son profil et du grand nombre de routes traversées et parcourues, un débat existe sur sa classification parmi les trails.

Sierre-Zinal : (31 km, 2.200 D+), aussi appelée la course des cinq 4.000 : il s’agit d’une des plus vieilles épreuves de course à pied en montagne, puisqu’elle a été créée en 1974, en lien avec le mouvement de course libre, Spiridon, basé également en Suisse (l’épreuve est ainsi l’une des rares ouvertes à toutes et à tous dès son lancement).  Les départs s’y font par vagues de niveau, comme sur la plupart des courses renommées. Le tracé relie la ville de Sierre au village de Zinal et accueille chaque année un plateau très relevé. Pour preuve, l’épreuve a intégré tour à tour tous les calendriers les plus prestigieux et différents circuits internationaux, comme aujourd’hui les Golden Trail World Series.

Skyrhune : (21 km, 1.700 D+), course de la montagne de la Rhune, au Pays Basque, qui se déroule en septembre. Son format court et raide séduit les coureurs les plus rapides et explosifs. Forte de son ambiance, comme à Zegama, la course est en passe de devenir une classique. Membre des Golden Series National.

Spine Race (la) : (431 km ; 13.300 D+) littéralement, colonne vertébrale, il s’agit d’un ultra trail qui se déroule à la fin de l’hiver, sur sept jours, en Grande-Bretagne. La course a été créée par des aventuriers habitués à des expéditions en Arctique. Elle est connue pour ses conditions climatiques dantesques. Les conditions de participation sont relativement drastiques (coût de participation élevé + complétude d’épreuves au préalable).

Swiss Peaks : (plusieurs formats) comprend des courses de trail et d’ultra trail (170 et 360 km), à travers le Valais, en Suisse. 

Transgrancanaria : (128 km, 7.500 D+), l’un des premiers ultras du calendrier World Tour en Europe, puisque l’épreuve se déroule chaque année en mars, depuis 2003 sur l’île de Grand Canarie. 

Templiers (les) : (plusieurs épreuves) dit Festival des Templiers. C’est un rendez-vous incontournable du trail français, qui se déroule en octobre, depuis 1995, dans les Grandes Causses. C’est l’une des courses qui a participé à la structuration du trail en France, et qui revendique l’origine de l’appellation (source : INPI). L’idée de la course serait venue d’un voyage aux Etats-Unis et de la participation à un trail dans le Colorado. Depuis sa création, les Templiers ont multiplié les formats pour en compter onze aujourd’hui (voir Intégrale des Causses ↑ ) pour près de 10.000 participants.

TDS (la) : (145 km, 9.100 D+) Trail des Ducs de Savoie, autre course d’ultra, qui se déroule lors de la semaine UTMB, considérée comme plus technique et plus sauvage (voir ↓).

Tor des Géants (le) : (330 km, 24.000 D+, en moins de 150 heures, 660 participants), pour le Tor des Géants. Course italienne, créée en 2010, qui se déroule à la fin de l’été (en septembre) sur les « Hautes routes valdotaines », dans le Val d’Aoste, considérée parmi les plus dures au monde. Dans la communication, l’accent est mis sur l’autonomie du coureur.

Pour sa dixième édition, l’organisation avait créé un parcours encore plus long, appelé Tor des Glaciers (450 km, 32.000 D+, pour les anciens finishers du Tor « classique »).

Troféo Kima : (52 km ; 4.200 D+) cette épreuve, créée en 1995, est dédiée aux spécialistes des épreuves aériennes et techniques, type sky running. Elle fait d’ailleurs partie du circuit international des épreuves de sky running.

TTN (le) : Trail Tour national, label créé par la fédération français d’athlétisme, proposant un ensemble de courses de trail dans différentes régions, avec un format long et un format court, qualificatives pour les championnats de France de trail.

Ultra Trail World Tour (l’) : de la même façon que la Golden Series de Salomon, l’Ultra Trail World Tour est un circuit mondial d’épreuves de trail, mais uniquement consacré aux longues distances, dites ultras. Il a été créé en 2013 avec les principaux acteurs du trail, à Chamonix, « à l’initiative notamment de l’UTMB et du Marathon des sables », d’après l’historique en ligne.

UT4M (l’) : (169 km, 11.000 D+) Ultra Tour des 4 Massifs, course d’ultra trail à travers les 4 massifs (Vercors, Belledonne, Oisans, Chartreuse), au départ de Grenoble, qui se déroule au mois de juillet. Multi formats et multi combinaisons (solo ou par étapes).

UTAT (l’) : (105 km, 8.000 D+) Ultra Trail Atlas Toubkal, ultra trail né il y a 10 ans, dans les montagnes du Maroc, connu pour ses tracés vertigineux.

UTBV (l’) : pour l’Ultra Trail du Beaujolais Vert : ensemble de courses, parrainé par l’ultra traileur François D’Haene, et organisé au mois d’octobre autour de la Station de trail du Beaujolais Vert. Là encore, plusieurs formats existent dont un ultra qui donne son nom à l’événement (110 km et 5.100 D+).

Au départ de la CCC, à Courmeyer, 2019 : un des courses phares de l’UTMB

UTMB (l’) : (170 km, 10.000 D+ en moins de 46h30) Ultra Trail du Mont-Blanc, course parmi les plus connues (et médiatisées) du circuit, surnommée « Sommet mondial du trail », qui se déroule à Chamonix, le dernier week-end du mois d’août. Marque déposée par Catherine et Michel Poletti. Pour y participer, il faut avoir « marqué » au moins 10 points dits « points UTMB » au cours des deux dernières années (ou running stones depuis 2020) en deux courses (soit deux formats ultras supérieurs à 100 km bien souvent), et être sélectionné par le tirage au sort. Plus le nombre de tentatives continues (une/an) est élevé, plus le coureur a de chance d’y participer.

Il existe aujourd’hui plusieurs courses au cours de l’événement UTMB chaque année : la Petite Trotte à Léon (voir PTL ↑ ), le Trail des Ducs de Savoie, la CCC (voir dans ce glossaire), la MCC (course des bénévoles), l’OCC (56 km), la YCC (course pour les catégories jeunes : juniors, espoirs).

Il existe également des événements satellites, à Oman (Oman by UTMB), en Chine dans le Sichuan (Panda Trail by UTMB), dans les Pyrénées (Val d’Aran by UTMB), à Ushuaïa (Tierra del fuego by UTMB). Toutes ont été créées au cours des 3 dernières années et offrent la possibilité de passer outre le tirage au sort, avec la nouvelle réforme de l’UTMB de 2019.

UTPMA (l’) : (105 km, 5.500 D+) : Ultra Trail du Puy Mary Aurillac, qui se déroule en juin.

UTV (l’): (85 km, 4.700 D+) : abréviation pour l’Ultra Trail du Vercors, en septembre chaque année, au départ d’Autrans.

VVX (le) :  pour Volvic Volcanique Experience : ensemble de trails réunis au sein d’un même événement, au printemps depuis 2018. Propose différents formats, dont un ultra, intégré au World Tour depuis 2020. Le VVX est sponsorisé par Volvic et est connu pour solliciter des stars de la discipline, comme Kilian Jornet en 2018 (spectateur) ou Pau Capell en 2020.

Western States 100 (la) :  (161 km ; 6.000) avec la Hard Rock 100 (voir ↑ ), elle est l’une des épreuves phares du calendrier américain, connue de la plupart des traileurs d’ultra en Europe. L’une des plus prestigieuses aussi. Son parcours, plutôt roulant, sillonne la Sierra Nevada, en Californie, et est en partie commun à une ancienne épreuve d’endurance équestre.  Lui-même s’inspire de l’histoire de la région, au XIXe siècle. Comme pour la Hard Rock, les conditions de participation sont très relevées. L’épreuve fait partie également du calendrier World Tour. 

Zegama : (42,195 km [distance marathon], 2.700 D+), comme la Skyrhune (voir ↑ ), il s’agit d’une course de sky running, se déroulant au Pays-Basque, dans le massif d’Aizkorri, depuis 2003. Cette course fait partie du circuit Skyrunner World Series et est connue pour son plateau relevé, les difficultés de sa sélection et surtout la ferveur de son public.

Citer ce billet: Lancelevé Simon,Petit glossaire des courses de trail [notes ethnographiques],dans « Pas plus de deux marathons par an », le 19 janvier 2021.Lien : https://trail.hypotheses.org/142.

Quelques éléments bibliographiques :

Barthélémy, M. (1999). Le marathon de sables : Etude ethnologique et sociologique d’une épreuve multiple [Thèse de doctorat]. Université Aix-Marseille II.

Berg, A., Berg, F., Grant, J. P., & Shelton, J. A. de la postface. (2015). Grand trail. Edition la plage.

Bessy, O. (Éd.). (1994). 10 ans de fête : Marathon des châteaux du médoc et des graves. AMCM.

Bessy, O. (2002). Le grand raid de La Réunion : À chacun son extrême et un emblème pour tous. Océan éd.

Bessy, O. (2012). The North face®, Ultra-trail du Mont-Blanc® : Un mythe, un territoire, des hommes. Le Petit montagnard-Autour du Mont-Blanc, impr. 2012.

Knobé, S. (2007a). Dépassement et transformation de soi. Comment devenir pratiquant d’ultrafond ? Terrains travaux, n° 12(1), 11‑27.

Knobé, S. (2007b). Éléments pour une analyse sociologique de l’entrée dans l’ultrafond. L’exemple du marathon des sables. Loisir et Societe, 29, 401‑421. https://doi.org/10.1080/07053436.2006.10707725

+ Sites internet des courses citées

+ Site de calendriers en ligne, tel que celui du Guide des Trails

Simon Lancelevé

Simon Lancelevé est doctorant contractuel au sein du laboratoire E3S de l'Université de Strasbourg (UR1342). Depuis 2019, il mène un travail de recherche en thèse sur la pratique du trail, de l'ultra trail et des nouveaux formats de course en trail, sous la direction de Gilles Vieille-Marchiset, co-encadré par Sandrine Knobé. Précédemment, il a soutenu un mémoire de master à l'IEP de Lyon sous la direction de Max Sanier, intitulé : "Représentation et enjeux de la pratique du trail en France en 2017".

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.